Soyez proactif

soyez proactif

Être proactif est une manière pratique d’avoir en main les clés de son bonheur

Je suis ravi de vous retrouver pour ce deuxième jour dans le parcours 30 jours pour vivre heureux. Si je vous accompagne tous les jours, c’est pour vous dire à quel point je veux que vous soyez heureux. Pour que vous le soyez, c’est à vous de vous lancer. Aujourd’hui, je vous demande d’être proactif. Qu’est-ce que je veux dire par soyez proactif ?

Hier, je vous ai demandé de vous mettre en mouvement pour intégrer le principe du développement permanent. Vous avez compris qu’il s’agissait d’une mentalité.

Aujourd’hui, je voudrais poursuivre avec logique. Hier, nous avons évoqué l’intérêt de choisir d’être heureux au présent. Ce n’est pas pour rien que ce blog s’intitule Heureux au Présent. « Je choisis d’être heureux aujourd’hui sans attendre de déployer le timing dans lequel je me projette en imaginant que je serai heureux quand… ». Mais en général, on rattache cette perspective de bonheur à un événement extérieur. On imagine que l’on sera heureux quand la voiture sera réparée, quand on sera dans la nouvelle maison, quand on ne sera plus malade, etc.

Avez-vous choisi d’être heureux aujourd’hui ?

Je vous demande de choisir d’être heureux aujourd’hui sans tenir compte des éléments extérieurs à vous-même. Comprenant que le bonheur ne dépend que de vous-même, il s’agit bien là d’un état d’esprit qui demande de passer à une deuxième étape qui consiste à nous amener à choisir que ce que l’on vivra ne sera plus subi mais utilisé dans le but de créer son bonheur. 

C’est bien la une cohérence d’avec l’état d’esprit du développement permanent.

J’utiliserai tout ce que je vis maintenant pour créer mon bonheur. Je ne penserais plus que les événements que je rencontrerai déclencheront mon bonheur. C’est moi qui, en tant qu’acteur, utiliserai les éléments pour développer mon bonheur.

Que signifie être proactif ?

Aujourd’hui, allons un peu plus loin ou enfonçons le clou. Pour ce faire, je vous dis : soyez proactif.

Qu’est-ce que cela veut dire ? Je prendrai quelques minutes pour vous l’expliquer, dans un premier temps, avant de vous demander de passer à l’action.

Ne pas confondre réactif et proactif

La plupart d’entre nous avons tendance à être réactifs. La réactivité est même considérée comme positive dans certains milieux professionnels. Etre réactif consiste à agir quand quelque chose se produit. 

Prenons un exemple d’actualité : Si je suis au volant de ma voiture et que je vois une trottinette qui déboule sur la droite et me coupe la route j’aurai tendance à être réactif. Cela peut être intéressant de vivre cette réactivité au volant d’un véhicule. Le moniteur auto-école qui vous a appris à conduire à veillé à ce que vous soyez en mesure de réagir de manière considérable en quelques secondes pour limiter la casse.

Réagir a pour objectif de limiter la casse, pas de construire un projet

Quand quelqu’un veut quelque chose, vous réagissez. Une personne vous dit quelque chose, vous réagissez. Vous serez donc soumis aux événements qui se déroulent devant vous et vous le serez en quelques secondes. Le besoin de vous adapter à l’événement que vous êtes en train de voir se dérouler devant vous est inévitable.

Le problème se pose quand on vit des journées à répétition dans lesquelles on est sollicité par de nombreux événements et que l’on vit en réactions chroniques, régulières. La réaction a le gros inconvénient de participer à augmenter le stress et à épuiser, finalement.

En fait, être réactif consiste à agir suite à un événement qui provoque cette réaction. Participe à nourrir la croyance que ce sont les événements qui sont acteurs de nos vies, ils dirigent les directions que nous prenons.

Si je lis la définition du dictionnaire, est réactif celui qui s’adapte rapidement à une situation. Je préférerais que vous optiez pour la proaction. Soyez proactif. Et, dans ces 30 jours pour vivre heureux, vous pouvez intégrer la nécessité de l’être proactif.

Être proactif ne consiste pas à agir en fonction de l’événement qui nous tombe dessus (ce qui nous pousse à improviser pour tenter de faire face a la situation), mais ça consiste à avoir la capacité de produire un effet sur l’événement qui vient devant nous. Ce n’est pas la même chose !

Être proactif vous fait économiser de l’énergie et du stress

Je l’ai un peu évoqué dans l’exemple de conduire. Quand vous avez appris à conduire, au départ, vous étiez en réaction permanente. À chaque fois quelque chose se produisait, vous sautiez de votre siège en prenant la décision d’agir en fonction de ce qui venait de se produire.

Vous ne vous êtes pas rendu compte que, grâce a cette réaction permanente, vous avez remplacé votre réaction par de la proaction. Vous avez fait ce choix parce que la proaction avait vraiment pour but de vous faire économiser de l’énergie. C’est un des énormes avantages d’être proactif plutôt que d’être réactif. Si vous optez pour la proaction, vous serez beaucoup moins stressé et bien moins fatigué.

Initiation naturelle à la proaction

Notamment, pour garder l’exemple de la conduite, un des très bons moyens d’être proactif est de se créer des réflexes.

Si vous avez le permis de conduire depuis plusieurs années, vous ne réfléchissez plus à tout ce que vous faites quand vous êtes au volant de votre voiture. Votre corps a compris comment s’adapter, comment passer les vitesses. Vous n’êtes pas forcément conscient de la vitesse à laquelle vous êtes (si vous êtes en troisième, quatrième ou en cinquième).

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Pratiquer l’autodérision

Vous agissez avec réflexe quand vous passez de la quatrième à la deuxième situation d’urgence. C’est devenu une manière d’être proactif. Vous avez compris que vous avez la capacité à changer la direction des événements qui se déroulent devant vous grâce au fait que vous avez installé en vous une autre manière de fonctionner.

Choisissez d’être proactif

Décidez de faire en sorte que ce que vous rencontrerez sera transformé par votre manière de voir les choses. Vous ferez ce choix en ayant fait le nécessaire pour préinscrire en vous-même (ce qui équivaut à une manière de vous programmer) la manière dont vous vivrez ce que vous rencontrerez.

Cela rejoint, quelque part, ce que nous avons évoqué hier. C’est une manière de continuer à enfoncer le clou. En effet, nous avons évoqué l’intérêt de choisir ce que vous alliez vivre à partir de ce qui allait se produire devant vous. Vous avez déjà commencé à intégrer que ce que vous alliez vivre devienne des opportunités dans lesquelles vous alliez injecter vous-même (comme infuser) par choix volontaire, votre regard et vos actions. Par conséquent, vous n’aurez plus l’impression de subir. Et en réalité, vous ne subirez plus ! Vous serez acteur et proacteur de votre vie.

Commencez à visualiser des expériences qui vous paraissent désagréables actuellement. Peut-être êtes-vous touché par une maladie grave. Peut-être traversez-vous un moment difficile sur le plan relationnel ou simplement personnel. Demandez-vous comment vous voulez vivre ce que vous vivez.

«Comment puis-je utiliser ce que je vis dans le but de continuer à vivre heureux avec la maladie grave». Comme je l’ai évoqué hier, il n’est nul question d’être heureux quand vous serez guéri. Non plus quand vous serez sortie du problème, quel qu’il soit. Qu’il s’agisse d’un problème économique, d’une dépression ou autre. Commencez à être heureux pendant votre dépression. Commencez à être heureux pendant votre période de chômage. Vous avez ainsi la capacité de commencer à percevoir que le fait de vivre heureux pendant votre temps de chômage vous permettra d’aborder tout autrement les refus de vos candidatures, par exemple. 

Soyez proactif et votre journée sera plus à l’image de ce que vous voudrez expérimenter

Vous aurez une autre manière (en abordant les situations avec proaction avec une volonté résolue d’être heureux) d’accueillir les soi-disant mauvaises nouvelles (et sur le plan rationnel, les nouvelles ne sont ni bonnes ni mauvaises (c’est nous qui choisissons de la qualifier ainsi). Ainsi, quand le médecin vous donnera le résultat d’un examen, vous pourrez choisir de le vivre comme bon vous semblera parce que vous aurez au préalable, choisis la manière de le vivre. 

Vous aurez également une autre manière de parler à vos enfants ou à votre conjoint de ce que vous vivez. Si vous avez choisi d’être proactif, vous pouvez vous inscrire vous-même dans la liste des acteurs de votre propre bonheur. Ce n’est pas un facteur extérieur qui devient acteur de bonheur. Vous devenez vous-même l’acteur principal de votre bonheur. Vous êtes l’acteur principal de la réalité dans laquelle vous êtes. J’insiste pour dire que vous êtes le seul à pouvoir faire que ce que vous vivez sera où est (parce que j’aime bien parler au présent) une opportunité pour être heureux.

Installez alors cette proactivité dans votre vie en plus de la mentalité du développement permanent. Vous pourrez donc vous projeter en vous disant que quand vous serez dans telle ou telle situation, vous voudrez vivre les choses de telle ou telle manière. Vous choisirez qu’une fois confronté à quelque chose qui ressemble à telle ou telle situation, vous utilisiez ces événements d’une manière bien précise que vous avez prédécidée.

Ainsi, vous aurez participé à faire que l’action donnée soit accessible, à votre portée. Ne regardez pas à cette accessibilité comme l’évocation d’une idée, seulement. Passez à la phase de la décision en choisissant de vivre les choses de telle et telle manière lorsque vous serez confronté à une situation déterminée.

Exercice de proactivité

Ecrivez : je veux vivre : 

… ma maladie en ressentant…

… la relation conjugale difficile…

… mon travail de telle et telle manière… 

… la relation qui n’est pas évidente avec mes parents…

… Et tout cela en faisant en sorte que ma manière d’être demain, tout à l’heure, produise ceci et cela (en précisant les effets dans ma relation avec mon conjoint, avec mes parents, avec mes collègues, etc.).

Cet exercice peut-être fait avec toute situation rencontrée dans votre vie présente. Choisissez de vivre non plus comme une épreuve (une sorte de barre qui vous tombe sur la tête ou comme un examen auquel vous êtes contraint de donner les bonnes réponses au bon moment et avec succès), mais comme un événement opportun pour construire votre vie. 

Créer donc vos opportunités en vous projetant vers ce que vous choisissez de vivre. C’est le moyen de vous inscrire dans la proactivité.

À aucun moment, je e vous ai laissé penser que vous maîtriseriez les événements. Sans quoi je vous aurais raconté des salades ! C’est vous que vous maîtriserez ! Uniquement vous. Et c’est déjà énorme parce que par ce biais, vous modifiez votre perception du monde et, par voie de conséquence, votre manière de vivre. En définitive, vous changez de vie. 

Comment devenir proactif ?

Je sais bien que certains se disent « je veux bien devenir proactif, mais comment faire, Pascal ? Aide-moi ! »

Je vais vous donner des éléments pour y parvenir. Et le tout premier est de vous retrouver avec votre cahier de vie en réfléchissant à ce que vous voulez mettre en place. Je vous demande simplement d’anticiper avant que l’événement n’arrive. 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Faire un bilan personnel

Sur votre cahier de vie, créez un programme en vue de la réalisation ou de la rencontre d’un événement potentiel. Quand vous écrivez ses actions d’anticipation, faites-le en intégrant dans votre mentalité la nécessité de redevenir acteur de votre vie. 

Vous prendrez donc vos responsabilités. Cela signifie que vous vivrez la situation donnée parce que vous êtes responsable de la manière dont vous avez choisi de la vivre. Par conséquent, prenez le temps d’écrire la manière dont vous voudrez vivre certaines choses. 

Cela peut revêtir des aspects très variés. Vous pouvez toucher à votre vie de célibataire, à votre vie conjugale, professionnelle, à un événement ponctuel ou récurrent.

Par exemple, vous pouvez prendre la décision suivante :

« quand mon père me parlera d’une manière que je trouve désagréable, je choisis (au présent) d’ agir au lieu de réagir comme je l’ai fait jusqu’à maintenant. Je veux contrôler mes réactions en étant proactif. Par conséquent, quand mon père me parlera de manière que je trouve désagréable, je choisirai de lui dire : 

–Papa, quand tu (me) parles de cette manière-là je ressens (préciser l’émotion)

– Qu’est-ce que tu veux vraiment dire quand tu dis que c’est… ? 

Projetez-vous vers vos succès

Vous savez qu’en vous projetant sur ce que vous avez choisi de faire ou de dire pour un moment pré déterminé vous permettra d’être plus fécond dans votre relation. L’impact ira jusqu’à augmenter votre satisfaction personnelle. Parce que vous-même aurez moins de regrets après avoir projeté ce que vous voulez dire ou «faire rentrer» dans votre projet préétabli. 

Si vous vous rendez compte que vous passez par des moments de déprime, décidez par écrit de la manière dont vous voudrez agir au moment M. Envisagez aussi ce que vous voudrez ressentir, ce que vous voudrez faire (en termes d’actions) comme ce que vous voudrez dire…

En travaillant de manière très concrète sur votre cahier de vie en écrivant ce que vous voulez vivre au moins vous serez confronté à la situation déterminée, vous vous installez, les deux pieds dans la proactivité.

La proaction implique de préagir

Dans proactif il y a « pro » qui signifie « avant ». Il s’agit donc bien d’une décision qui est prise avant l’événement. Et même si vous n’en êtes pas conscient, bien des choses que vous vivez sont les fruits de décisions antérieures que vous aviez prises. Vous aviez décidé avant l’événement de ressentir telle émotion et d’agir de telle et telle manière même si une grande partie de vos décisions étaient inconscientes.

Vous pouvez faire la même chose aujourd’hui en étant proactif en choisissant de manière consciente la manière de vivre ce que vous rencontrerez.

Ainsi, comme nous l’avons dit depuis le début de ce rendez-vous, vous déciderez d’agir avant l’événement au lieu de le subir au moment de sa survenue. Vous serez donc responsable de ce que vous vivrez au lieu de devoir improviser à la dernière minute ce que vous aurez à vivre. 

J’y vois de très grands avantages. La proactivité participe à émousser la possible culpabilité. Vous vous direz bien moins souvent « Si j’avais su ! je n’ai pas dit la bonne chose, je n’ai pas fait le bon choix… ». Vous aurez davantage accès à une approche d’expérience qui sera de constater le résultat de ce que vous avez choisi de faire.

Si je reprends l’exemple de la relation avec vos parents, si mon père me dit quelque chose qui me blesse, j’ai choisi de manière proactive d’agir d’une manière bien précise en lui répondant autrement que d’habitude. 

Par conséquent, j’ai proagi, en choisissant ce que j’allais lui dire bien avant que l’événement ne se produise. Je pourrais lui dire « papa, je sens que tu es déçu par mon attitude. Qu’est-ce qui fait que tu te sens déçu ? » Et si je me rends compte (ou si j’ai l’impression, sur le plan rationnel) que le vécu ne ressemble pas à ce que j’aurais voulu, je reviendrai sur mon cahier de vie pour apporter des modifications à mon projet antérieur. 

Du coup, le jour où mon père me parlera d’une manière qui me blesse, je choisirai d’être proactif autrement. J’ajouterai donc un élément ou j’en modifierai dans ma projection à venir. Ce qui fait que j’intègre à la proaction appliquée l’espace de vie dont elle a besoin pour s’adapter.

Attention au piège

Attention de ne pas tomber dans le piège du jugement en pensant que les événements n’ayant pas suivi un déroulement attendu, vous aviez fait de mauvais choix. Nous y reviendrons dans quelques jours. La question n’est pas de savoir si vous avez fait les bons ou les mauvais choix. La question est d’anticiper les choix que vous ferez au moment M tout en étant en mesure d’apporter de la souplesse pour les modifier en fonction des expériences que vous vivrez. Vous savez ne pas pouvoir, du premier coup, maîtriser la relation humaine. Elle est en soi vivante et, par conséquent, changeante. 

Si vous avez une tendance à la colère, à la boulimie, à la dépression, à la violence ou autre, vous pouvez choisir de travailler avec cette approche proactive.

Si c’est vraiment trop ancré chez vous, vous avez sans doute besoin d’être accompagné. C’est indéniable ! Vous pouvez donc choisir d’aller sur la page « Go ! Je passe à l’action » si vous souhaitez que je vous accompagne.

Il y a également une référence en francophone. Elle s’appelle Nathalie de Cottignies (etreproactif.com). Quoi qu’il en soit, cessez de vous donner l’impression de subir pour devenir responsable, vraiment.

Soyez proactif. Vivez en créant votre bonheur à venir maintenant, en choisissant d’être heureux maintenant. Faites-le en choisissant d’être proactif. Vous avez bien compris que vous pouvez le devenir en choisissant les actions que vous inscrirez pour installer votre bonheur à venir.

À demain 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.