Développer un état d’esprit de développement permanent

Le bonheur a besoin d'un développement permanent

Je vous souhaite la bienvenue dans 30 jours pour vivre heureux. Je suis convaincu qu’avec ces 30 interventions quotidiennes, quel que soit votre état vous en tirerez du bénéfice. Si vous vous sentez malheureux aujourd’hui, avec ces rendez-vous bonheur, pendant ces 30 jours, en travaillant avec moi tous les jours, vous serez heureux. 

Aujourd’hui, je vous propose, pour ce premier jour, d’entrer dans cet état d’esprit qui consiste à développer un état de développement permanent. 

Le bonheur est d’abord un état d’esprit, tout comme le malheur

En réalité, pour ce premier rendez-vous, vous avez besoin de comprendre que le bonheur est d’abord un état d’esprit. Contrairement à ce que vous avez tendance à penser, le bonheur ne dépend pas de ce que vous avez ou possédez. Il ne dépend pas non plus de la où vous vous trouvez. Le bonheur ne dépend pas de ce qui vous arrivera ou de ce que vous recevrez. Il dépend de vous. Et puisque j’affirme cela, je ne dirai pas qu’il dépend de vous en le projetant dans un temps à venir. Il dépend de vous là, ici et maintenant, sachant que vous, ici et maintenant, la seule chose que vous pouvez contrôler ou maîtriser est vous. Vous ne savez pas ce qui se produira dans deux minutes. Le croire est utopique. Vous ne savez pas ce que vous serez, où vous serez et ce que vous ferez tout à l’heure. Vous en avez qu’une projection, mais vous ne le maîtrisez pas.

Dans 10 minutes, serez-vous encore en vie ? Aurez-vous encore vos deux jambes vos deux bras ? Pourrez-vous continuer à utiliser vos oreilles comme vous le faites à l’instant ? Vous ne le savez pas. Par contre, vous pouvez apprendre à vous maîtriser pour vivre ce que vous voulez vivre. 

L’idée de focaliser votre attention sur ici et maintenant correspond à un état d’esprit

Choisissez de vivre ici et maintenant. Pendant ces 30 jours pour vivre heureux, nous aurons l’occasion de nous y arrêter de temps en temps.

Ne regardez pas plus loin que le bout de votre nez

Pour l’ouverture de cette marche quotidienne de 30 jours, je vous demanderai de ne pas regarder plus loin que le bout de votre nez. La plupart du temps, quand nous utilisons cette expression elle revêt un caractère négatif. Pour le bonheur, je voudrais que vous ne voyiez pas plus loin que le bout de votre nez en accueillant cette demande comme complètement positive. Regardez maintenant. Uniquement ce qui se passe ici, où que vous soyez.

Si vous êtes en train de me lire dans votre bureau, en train ou entre deux plats en préparant la cuisine, je voudrais que vous preniez quelques secondes pour vous dire : « là, ici et maintenant, « Quoi que je vive, même si ce que je vis est désagréable (dans ma définition de ce qui est agréable ou désagréable) j’ai choisi d’être heureux ici et maintenant ». Ne prenez pas cette décision tout à l’heure, quand la souffrance se serait arrêtée. Choisissez de la prendre là, ici et maintenant, sans le reporter. Inscrivez votre besoin de développer un état d’esprit de développement personnel demande de vivre cette première étape.  

Changez une croyance, juste une, aujourd’hui, ici et maintenant

Je vous demande de me faire confiance. Je vous invite à croire, je vous demande de croire, peut-être puis-je vous supplier de croire (en choisissant le verbe le plus adapté), à tenter de croire, à jouer à croire que quoi que vous viviez, là, ici et maintenant, vous êtes heureux. Choisissez-le comme une croyance nécessaire dont je parle dans le rendez-vous qui s’intitule « Changez de croyances et vous changerez de vie». 

Nous avons tendance à penser que le bonheur est une chose qui se ressent, comme nous le pensons pour l’amour. Or, ici, je vous incite à quitter le domaine du ressenti. Car, le bonheur est une chose qui se ressent, certes, mais c’est également une chose qui se choisit, qui s’installe et commence à s’installer ici et maintenant. Il n’est donc nul besoin de délai pour vivre heureux.

Choisissez donc d’être heureux ici et maintenant.

De quoi dépend le bonheur ?

Me direz-vous « comment faire pour être heureux ici et maintenant si je suis dans une galère ? Si je suis au boulot et qu’il ne me plaît pas ? Et si mon conjoint est en train de me prendre la tête et que mes enfants ont un problème ? » Si vous vous posez ces questions, c’est parce que vous avez besoin, pour être heureux ici et maintenant, de prendre la mesure du fait que vous n’avez pas le pouvoir de changer les autres. Vous n’avez pas le pouvoir de changer la situation dans laquelle vous êtes. 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Confondre erreur et et faute - La faute 2/2

Si vous êtes atteint d’une maladie grave, que votre conjoint vous prend la tête, que votre enfant a un problème, ce n’est pas parce que le problème de votre enfant sera résolu que vous serez heureux. Ni parce que vous serez guéri ! 

Ce genre de pensées fait partie des mensonges que nous nous racontons à nous-mêmes. Nous nous mentons. 

Si vous utilisez le cahier de vie et que vous êtes un praticien de cet outil de bonheur, vous avez travaillé sur l’importance d’être vrai avec vous-même. 

Votre bonheur ne dépend pas de la situation dans laquelle vous êtes. Il ne dépend pas non plus de l’issue du problème auquel vous faites face. Votre bonheur dépend de vous, de votre choix, de votre décision à être ou pas heureux. Sans aucun attachement à un ressenti.

Le bonheur est un état d'esprit

Le risque de chercher à perception le bonheur est inscrit dans nos limites de perception

Je vous pose la question : vous êtes un homme ou une femme, ressentez-vous être un homme ou une femme ? Pas nécessairement. Si vous avez été atteint du covid-19 et que vous avez perdu l’odorat ou/et le goût, ou même si vous avez connu quelqu’un qu’il l’a été, vous avez peut-être expérimenté le fait d’être confronté à quelque chose que vous avez mangé pour lequel vous n’avez senti aucun goût. Est-ce que la chose n’avait plus de goût ou est-ce que votre perception du goût était altérée ? 

Sur le plan rationnel, la chose mangée n’a pas changé de goût. La courgette à gardé son goût de courgettes au curry. Ce n’est pas parce que le goût n’était pas perceptible que la courgette elle-même n’avait plus de goût. 

De la même manière, ce n’est pas parce que vous ne percevez pas le bonheur que vous ne pouvez pas vivre le bonheur. Vous pouvez continuer à le vivre avec les mêmes « richesses nutritives » que la courgette au curry que vous mangez sans en percevoir le goût ! 

Si vous choisissez d’être heureux maintenant, cela ne vous redonnera pas le goût du bonheur. Vous ne ressentirez pas le goût comme vous ne sentiez pas celui de la courgette au curry. Seulement, vous pouvez faire que même puisque si cette courgette n’a pas de goût perceptible par vos sens, elle reste une courgette au curry. Continuer à la consommer en désirant récupérer de cet aliment sa richesse nutritionnelle vous nourrira malgré votre lacune de perception gustative. 

Le développement permanent est essentiel pour maintenir le bonheur dans le temps

Je veux que vous regardiez votre vie comme elle est là, maintenant, avec le choix de la vivre heureuse quoi que vous viviez.

Finalement, la capacité à mentaliser ce que nous vivons est un des inconvénients de notre réalité humaine, bien que cette même capacité recèle de nombreux avantages. 

Si l’on focalise notre attention sur la manière dont vit la nature, on peut se rendre compte qu’elle évolue avec un « projet » de développement. 

Bien que nous ignorions si la nature est pensante, sur le plan du constat, nous sommes face à une réalité qui laisse à penser à un projet de développement certain. Dans ce constat, il est évident que l’animal et le végétal fera tout ce qui est en son pouvoir pour subsister et se développer.

En réalité, les deux facteurs sont concomitants. J’entends par-là que la volonté de développement est corrélée aux besoins de subsistance de la nature. En même temps, le besoin de subsister est corrélée à son besoin de développement.

La notion de développement semble inhérente à la vie. À partir du moment où cette idée de développement personnel est inscrite dans le mental de la personne, dans votre état d’esprit, vous entrerez dans cette approche de développement permanent. Car, le développement permanent est essentiel, non pas pour installer le bonheur, mais pour le maintenir dans le temps.

Faites le choix d’installer le bonheur maintenant

Vous pouvez installer le bonheur dès que vous l’avez choisi. Maintenant, pour le nourrir en faisant en sorte qu’il soit présent dans quelques heures, dans quelques jours et dans quelques années, vous avez besoin d’y intégrer l’état d’esprit de développement permanent. Ainsi, vous pourrez vous dire : « Je crois que ce que je vis participe à mon développement personnel. Je choisis de faire en sorte que ce que je vis est ce que je vivrai participer à mon développement ». 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   L’intuition

Par conséquent, vous pourrez accueillir la vie comme une expérience dans laquelle vous continuerez en permanence à apprendre, à acquérir du savoir, afin de savoir comment faire face, comment supporter, traverser, porter et accueillir. Vous chercherez comment transformer ce que vous vivez puisque cette réalité fait partie de la capacité humaine. Nous avons tous la capacité à supporter, à traverser, à porter à accueillir et à transformer. 

Est-ce que vous me comprenez mieux quand je vous dis de développer un état d’esprit de développement permanent ? Il s’agit véritablement de faire en sorte de vous projeter au-delà du bonheur présent. Ainsi, que vous ayez choisi de vivre avec la volonté de faire que quoi qui s’ouvre de vent vous, quelle que soit la couleur de la page que vous aurez à vivre dans un instant, vous choisissiez que ce soit pour votre développement.

Ça change de la mentalité qui consiste à se dire « Purée ! J’ai pas de bol. Ça me tombe encore dessus ! » Nous aurons davantage tendance à penser « Je vis ça. Que puis-je en faire pour mon bien, pour la vie, pour grandir ? »

Reprenez le contrôle 

Par conséquent, ce n’est plus l’événement ou la chose qui fera quelque chose de vous. C’est vous qui, avec l’événement ferez quelque chose de ce que vous vivrez. 

J’entre dans cette dynamique de transformation, de croissance et d’apprentissage. C’est le cas uniquement parce que j’ai choisi que ce sera pour moi une opportunité pour grandir. Ce sera une occasion d’apprendre, de changer, de semer, entre autres. Je l’accueillerai comme une opportunité pour bouleverser mes croyances, me remettre en question, apprendre autre chose… C’est là l’état d’esprit du développement permanent. Vous me suivez ?

Je pourrais vous demander si vous vous sentez prêt à faire le choix du développement permanent. Si vous sentez l’énergie pour entrer dans cet état d’esprit de l’autre maintenant. Ma tentation est plutôt de ne pas vous poser la question. 

Vous avez sans doute le naturel à vous dire « je ne me sens pas encore prêt. J’attends que se produise tel ou tel événement ». Et ainsi, je vois commencer à s’entrouvrir ce piège béant devant vous ! 

Attention au piège

N’attendez pas de sortir quoi que ce soit. Faites-le pas de choisir d’entrer dans cet état d’esprit du développement permanent. Choisissez de faire en sorte que ce que vous vivrez tout à l’heure, que votre fils, votre patron, votre collègue, votre père fera une remarque sera une opportunité de travailler à plus de bonheur. Qu’il en soit de même si vous êtes touché par une maladie, que vous vous posez la question de savoir ce que vous choisissez de faire de ce que vous vivrez. Et cette question aura pour but de répondre à un projet qui est le développement permanent. Que choisirez-vous d’apprendre ? Comment choisirez-vous d’utiliser ce que vous vivrez pour grandir et partager ? 

Comment pouvez-vous faire en sorte de continuer à créer le bonheur ?

Évidemment, il est question du bonheur en vous-même. Seulement, par voie de ricochets, cela concerne aussi la vie de quelqu’un qui choisira d’utiliser ce que vous viv(r)ez pour développer son propre bonheur.

Développer un état d’esprit de développement permanent devrait d’être assez clair pour vous n’est-ce pas ? Du coup, est-ce que ça vous dit ? Je voudrais que ça vous dise.

Faites le choix sans attendre de vous sentir prêt

Je voudrais que vous choisissiez de le faire. Que vous sortiez de la possible tendance à la procrastination. Je vous rappelle que nous sommes sur un programme de 30 jours pour vivre heureux. Par conséquent, commencez aujourd’hui ce que je vous propose maintenant. Ne le reportez pas à demain. 

Choisissez aujourd’hui d’instaurer en vous un état d’esprit de développement permanent. Et faites-le quoi que vous viviez. Quelle que soit la galère dans laquelle vous êtes, choisissez d’instaurer en vous l’état d’esprit du développement permanent.

Exemple d’engagement vis-à-vis de soi-même : 

« Je veux que tout ce que je vivrai me serve. Que tout ce que je rencontrerai et entendrai soit en mesure d’être utilisé pour créer mon bonheur. Je tiens à ce que tout ce qui me paraîtra désagréable soit comme une matière première pour féconder mon projet de vie. Cela me permettra d’invalider des croyances que j’avais de manière à développer mon esprit, mon bonheur et d’envisager une vie qui s’étende dans une perspective de développement permanent. Je choisis que rien ne m’empêche d’avancer ».

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une bonne journée sachant que l’on se retrouve dès demain pour le deuxième rendez-vous inscrit dans ce programme « 30 jours pour vivre heureux ».

À demain

Photo de J carter provenant de Pexels

10 commentaires

  1. Quel bel épisode ! J’ai beaucoup résonné avec l’idée de choisir immédiatement d’adopter le bonheur, peut-être sans en avoir le goût mais comme une entité qu’on absorbe pour en avoir les bienfaits 😊 merci à vous !

    1. Author

      Merci Camille. Je vous encourage à ne pas raisonner trop longtemps sur cette idée. Faites-en un choix, concret, qui aboutissent à une réalité immédiate, sans attendre de ressentir quoi que ce soit. Nul n’est besoin de méditer là-dessus. On l’accepte ou pas
      Je vous y encourage vivement

  2. J’ai beaucoup aimé cet article et l’idée de faire du bonheur un état d’esprit. je n’avais jamais pensé à voir chaque chose qui nous arrive comme une étape sur le chemin du développement personnel. Merci!

    1. Author

      Miren, avant tout, je te remercie pour ton commentaire.
      D’ailleurs, en le lisant, je t’invite à vivre ces 30 jours pour vivre heureuse. Tu verras à quel point, notamment le rendez-vous qui s’intitule « soyez proactif » te donnera des éléments pour faire en sorte que tu sois davantage aux commandes de ton bonheur.
      Tu m’en diras des nouvelles 🙂

  3. Pascal, merci pour cette dynamique dans ta voix et ton rythme. De mon côté, je pense être dans ce développement permanent. Je crois même que l’on attire les évènements à nous…pour en faire qqchose avec un état d’esprit différent que la plainte oui, mais aussi pour révéler des événements passés (de la lignée, de croyances limitantes ou autres) et les transcender.

    1. Author

      Merci Bastienne,
      Bienvenue parmi les heureux, installé dans le développement permanent. Je suis ravi que tu ai découvert cette mentalité.

  4. Je suis tout à fait d accord avec toi, le bonheur est un état d esprit qui se cultive ! Personnellement je fais beaucoup attention aux petits moments de bonheurs de la vie 🙂

    1. Author

      Yes ! Continue parce qu’en fait, en installant le bonheur dans sa manière de voir la vie, on voit/vit davantage de bonheur(s) que si l’on attend qu’il vienne. En grande partie par le fait que l’on sait ce que l’on veut vivre si l’on projette cela comme étant du bonheur. C’est tout autre chose que d’attendre une chose dont on ignore à quoi elle ressemble !
      Belle route à toi dans (et non vers) le bonheur que tu crées sur ton chemin

  5. Je ne peux qu’être d’accord avec ça, j’en ai fait mon leitmotiv : le développement permanent est essentiel pour maintenir le bonheur dans le temps 🙌

    1. Author

      Magnifique ! Comment t’y prends-tu ? Quelques astuces ou techniques ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.