Pensez qui vous voulez être (suite 2)

Un petit pas au effets géants

Je ne résumerai pas ce que j’ai partagé avec vous abordé depuis plusieurs semaines dans «Pensez qui vous voulez être». Si je fais ce choix, c’est parce que je vous encourage à aller écouter la série complète. Suivez-la dans l’ordre pour en tirer le meilleur parti et continuez à «penser» à qui vous voulez être. 

Penser dans votre être tout entier, pas uniquement dans votre tête

Depuis la semaine dernière, nous avons commencé à aborder l’intérêt de ne pas penser uniquement sur le plan cognitif, mais d’intégrer, d’incarner, et donc de penser dans son être entier. Pas seulement dans sa tête. À l’instant présent, on s’inscrivant dans l’action. Je vous invite à dépasser la simple théorie attachée à une compréhension des phénomènes de changements

En Occident, quand il est question de penser, on focalise notre attention sur la tête. J’aimerais que l’on pense avec tout le corps. Que nous soyons en mesure de vivre une sorte de cohérence, de globalisation, une approche holistique de la pensée. 

crop person in autumn boots walking on wet wooden logs
Photo by Tatiana Syrikova on Pexels.com

Accueillir l’humain comme une totalité

J’aime particulièrement le vocable holistique. Il accueille l’humain comme un entier, une totalité. C’est vraiment ce sur quoi je voudrais commencer ce rendez-vous. Je veux continuer à insuffler cette vision holistique autant que faire se pourra. 

Je ne veux pas que vous soyez partagé·e, séparé·e en deux, avec une partie de vous qui fonctionnerait d’une certaine manière (votre tête) pendant qu’une autre fonctionnerait autrement, indépendamment de ce qui se passe de votre tête. En fin de compte, je voudrais que vous soyez pleinement conscient·e que ce que vous faites dans cette seconde partie de la manifestation de vous a un impact dans votre tête. Donc, réconciliez-vous avec vous, même en étant de plus en plus cohérent·e et aligné·e. Et ce, même dans l’inscription d’un changement fondée sur le mimétisme, ou la comparaison ascendante, comme nous l’avons évoqué la semaine dernière.

Avancer dans l’ordre

Si vous n’avez pas lu l’article de la semaine dernière, arrêtez immédiatement votre lecture :-). Ce n’est pas un ordre, c’est une invitation, une insistance. Vous en profiterez davantage et serez en mesure de mieux comprendre ce que j’aborde aujourd’hui. Vous comprendrez l’imbrication uniquement si vous avez fait les pas dans l’ordre. C’est comme si vous marchiez à reculons. C’est possible, mais faites attention aux poteaux, aux trottoirs, aux crottes de chiens, aux nids de poule et préparez-vous à un épuisement prématuré !

Emportez vos petits cailloux 

Pensez à qui vous voulez être s’inscrit aussi dans une méthode qui consiste à aller semer sur votre chemin, un certain nombre de cailloux. Quand j’évoque des cailloux, j’ai à l’esprit que vous en sèmerez beaucoup. Je m’attends à ce que vous en ayez une pleine bourriche. Vous avez le choix de la couleur, n’étant pas obligépleine, comme le Petit Poucet, d’opter pour des cailloux blancs.

Vous pouvez les prendre roses, verts à pois jaunes, violets ou de toute autre couleur qui vous satisfasse. Cela importe peu pour autant que vous ayez en poche du matériel pour appliquer ce que je vais vous proposer aujourd’hui que je symbolise par ces cailloux.

Chaque caillou symbolisera une pensée. De ce fait, à chaque fois vous tirerez un caillou de votre bourriche, et que vous le déposerez quelque part, vous prendrez conscience dans l’instant, (j’insiste pour dire qu’il est question d’une prise de conscience présente) que l’action menée aura un impact sur vos pensées. Et, comme vous l’avez compris, si ça a pris naissance dans vos pensées, vous percevrez que la pensée a un impact sur votre action. 

photo of pathway surrounded by fir trees
Photo by James Wheeler on Pexels.com

Déposez vos cailloux au fil du jour

Si vous dites quelque chose à quelqu’un, que ce soit au boulot, avec votre voisin, votre conjoint, vos enfants ou un de vos potes, soyez conscient·e que ça correspond à une pensée. Ici, je vous demande d’être dans votre tête. 

Et quand vous faites un geste, que vous tapez la main de votre collègue, que vous vous prenez dans les bras, que vous accueillez votre gamin en lui tendant les bras, alors qu’il court vers vous, que vous lui demandez de vous faire un bisou, etc., soyez conscient·e que cette action correspond à une ou des pensées. Ici, vous serez dans l’action initiale, sans vous référer à votre tête. 

Vous ne pourrez pas faire cet exercice toute la journée sur toutes les actions que vous poserez. Vous seriez épuisé·e. Pourquoi ? Parce que vu le nombre de pensées que vous avez par jour, c’est impossible. Par conséquent, pour vous aider à le faire, voici quelques pistes. A chaque fois, souvenez-vous de déposer un caillou en prenant conscience d’une action pensée ou d’une pensée débouchant sur une action : 

  1. soit toutes les heures pile, 
  2. soit toutes les heures impaires, si vous voulez le faire toutes les deux heures, ou toutes les heures paires, selon votre préférence.
  3. Où, comme j’aime m’amuser à le faire, vous pouvez le faire à chaque fois, la petite aiguille chevauche la grande aiguille ; 13h05, 14h10, etc.
  4. Quand les deux aiguilles sont complètement opposées ; 14h40, 16h50, etc.
  5. Quand vous êtes dans un lieu donné
  6. A chaque fois un sujet précis est abordé ; prendre un café, boire un coup, prendre l’air, etc. 
  7. En présence d’une personne en particulier
  8. A chaque fois vous voyez la couleur rouge (ou tout autre couleur à choisir en début de journée)
  9. Chaque fois vous voyez quelqu’un porte un vêtement particulier ; un jean, une cravate, un chemisier, un décolleté, une ceinture, etc. 
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Le bonheur est à portée de main

Amusez-vous comme bon vous semble. Quel que soit le moyen que vous aurez choisi, mettez-le en œuvre pour faire en sorte que vous ayez la main dans votre bourriche afin de déposer un caillou en repérant en présence la pensée-action ou l’action-pensée. Sans en manquer une seule dès que survient le signal choisi, attrapez une action en relation avec une pensée ou une pensée ayant généré une action. Est-ce que ça vous paraît clair ?

Une loi recto verso

Afin de vous aider à passer à l’action, laissez-moi vous présenter une loi bien spéciale. Elle fonctionne à double sens. C’est la raison pour laquelle je dis qu’il s’agit d’une loi recto verso. Voici à quoi elle ressemble : 

  • Au recto : Plus vous pratiquez une chose et plus vous aurez le naturel à la pratiquer, surtout si cette chose vous procure le sentiment d’être un bénéfice pour vous. 
  • Au verso : Plus vous pensez une chose et plus vous aurez le naturel à la penser, surtout si cette pensée vous procure un intérêt que vous considérez comme bénéfique.  

Souvenez-vous que nous agissons toujours par intérêt. Et grâce à son côté recto verso, elle est facile à retenir. J’ajoute que plus la charge émotionnelle est forte, au moment de la pensée ou de l’action, et plus nous serons marqués, bien entendu. 

À lire absolument : « Nous agissons toujours par intérêt » 

Que ce soit en pensée ou en action, sachez que le phénomène de répétition (expliqué il y a quelques semaines) vous aidera à reproduire ce que vous avez fait ou à repenser ce à quoi vous aviez pensé. Par contre, vous pouvez enclencher un mécanisme naturel, ou en tout cas qui le deviendra, si vous choisissez en conscience de penser à quelque chose ou de pratiquer quelque chose de particulier. Et là, nous sommes à l’aube d’une excellente nouvelle. Je m’en réjouis. Puisque, je me dis que vous prenez conscience que c’est à votre portée.

people working in front of the computer
Photo by fauxels on Pexels.com

L’expérience du bureau

Si vous vous dites que vous voulez arriver au bureau tous les matins et saluer tout le monde avec bienveillance. Que ce faisant, vous le faites, le premier jour. Que vous poursuivez en J2, J3, J10… J20, J50, vous aurez une facilité à le faire au bout de quelques semaines seulement. Ce ne sera plus un effort. Ce sera inscrit en vous comme une règle naturelle. D’ailleurs, si un matin, en arrivant au boulot, vous ne saluez pas quelqu’un, vous en ressentirez sans doute le manque. Ce sera le cas, parce que vous aurez inscrit en vous la pensée que vous (selon votre sensibilité et expérience propre) : 

  • Je me sens bien quand je salue tout le monde
  • Cela fait du bien aux autres d’être salué
  • Les relations humaines sont de plus en plus importantes pour moi
  • Le fait d’être attentif à l’autre favorise mon bien-être personnel comme le bien-être de l’autre
  • Etc.

De nombreuses autres pensées naîtront de votre action. Et oui, ça marche aussi dans ce sens-là ! Comme je l’ai dit la semaine dernière, avec le coach du joueur de tennis, je vous dirai « faites-moi confiance, ça fonctionne ».

Remplacer une pensée par une autre

Par rapport aux pensées, s’il en est une pensée que vous voudriez remplacer par une autre, ça fonctionne également. Supposons que vous pensiez :

  • Je ne suis pas chaleureux·se.
  • Je ne suis pas au top.
  • Je ne suis pas au niveau, etc.

Et que vous vouliez changer cette manière de penser. Vous savez que ce n’est pas possible uniquement en vous disant « je ne veux pas penser que je ne suis pas au top, que je ne suis pas au niveau est pas chaleureux·se ». Souvenez-vous que la négation n’est pas reconnue par le cerveau. 

Ainsi, si vous pensez à ce que je viens d’évoquer, vous nourrirez la pensée que vous n’êtes pas au top, pas chaleureux·se et pas sympathique. Mieux vaut donc la remplacer par une pensée positive et constructive. Notez que j’ai déjà donné les clés pour savoir comment identifier une pensée positive ou négative il y a 5 semaines.

Dans le cas présent, vous pouvez choisir une pensée qui pourrait ressembler à : « j’ai choisi d’être chaleureux·se ». À partir du moment où vous aurez fait ce choix, que pouvez-vous faire pour nourrir votre pensée ? (1) Vous pourrez l’écrire. (2) Vous pourrez également la symboliser avec un objet et utiliser ces supports suffisamment fréquemment afin d’ancrer la nouvelle pensée. 

motivational sticky notes posted a man s face
Photo by MART PRODUCTION on Pexels.com

Quelques astuces pour ancrer une nouvelle pensée 

  • Placez un symbole ou des post-it dans votre voiture
  • Utilisez un support matériel à placer sur votre bureau
  • Utilisez des aide-mémoire visuels dans votre maison (frigo, salle de bain, chambre, etc.)
  • Faites en sorte, où que vous soyez, de voir la pensée. Ainsi, à force de la voir vous l’incarnerez. Vous ne trouvez pas ça génial ?

En réalité, je ne fais que réemployer ce qui s’est produit sur le terrain de votre propre construction personnelle depuis votre tendre enfance. C’est ainsi que vous avez fonctionné. Vous n’en étiez pas pleinement conscient·e, n’est-ce pas ?  

Cela s’explique par le fait que vous avez eu l’impression que c’était un processus naturel. D’ailleurs, c’était le cas même s’il est plus sage d’ajouter la nuance de guillemets au mot « naturel ». Car, en effet, il est davantage question d’un apprentissage qui nous a donné l’impression que c’était naturel. Nous avons appris à fonctionner comme nous le faisons actuellement. 

Parfois, c’est inscrit dans des générations qui nous ont précédées depuis des siècles. Nous fonctionnons avec la preuve incarnée d’une recette efficace. Vous l’avez utilisé pour des choses magnifiques telles qu’apprendre à lire, à écrire, à jouer d’un instrument, à courir ou à aimer. Vous l’avez également employé pour des usages moins bénéfiques. Ainsi, vous avez appris à critiquer, à envoyer des pics, à vous limiter, à vous flinguer, vous-même, parfois ! Sachez que la méthode demeure néanmoins la même.

Un joli programme sur mesure 

En réalité, vous pouvez mobiliser votre énergie pour construire votre être. Il n’y a rien de magique à cela : 

  1. Portez attention à ce que vous faites, ici, dans le présent. 
  2. Prenez conscience des cailloux que vous sélectionnez dans votre bourriche avant de les déposer sur votre chemin. 
  3. À chaque fois, mobilisez votre attention d’être, bien au de la du mental. Cela induira une mise en mouvement. En plus de cela, ça conduit à une mise en changement
  4. Finalement, vous deviendrez ce que vous pensez. Vous entrerez ainsi dans la réconciliation évoquée il y a quelques semaines. Cette réconciliation intérieure dans laquelle il n’y aura plus de distance entre ce que vous êtes et ce que vous pensez. Grâce à cette réconciliation, l’intégrité s’installera. 
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   85# Et si c'était possible ?

Une valeur fondamentale

Pour moi, l’intégrité est la valeur phare essentielle que l’on devrait trouver chez un individu. Les personnes que je rencontre et qui se trouvent malheureuses ne vivent pas l’intégrité. Elles restent partagées, se trouvant dans une approche différente de ce qu’elles vivent et ce qu’elles font. Quand on est dans l’alignement, comme on aime le dire en développement personnel, on est dans une cohérence avec qu’il l’on est

Installez-vous dans l’intégrité. Je vous encourage à prendre le temps sur votre cahier de vie, d’écrire ce qu’est l’intégrité, selon vous. Il importe de savoir que, d’une personne à l’autre, la manière de la voir sera variable. Qu’est-ce que l’intégrité pour vous ? À quoi ressemble-t-elle ? À quoi ressemblerez-vous le jour où vous serez intègre ? Qu’il n’y aura pas d’espace entre ce que vous pensez, ce que vous dites et ce que vous faites ? Pas le moindre atome de différence ?

Choisir ce que vous voulez, pensez vous permet d’être ce que vous voulez être. Alors, écrivez vos choix. Notez ce que vous voulez penser.

woman in blue dress eating
Photo by Valeria Boltneva on Pexels.com

A table ! 

Comme cela a été évoqué la semaine dernière, lisez tout ce que vous trouvez et qui nourrit ce que vous voulez penser. Faites-le de manière régulière. Ne vous contentez pas de le faire pendant un temps, en attendant que ça aille mieux. Même quand vous êtes en pleine forme, que vous êtes stable, aligné·e et intègre, continuez à lire et à vous nourrir de ce que vous voulez qui nourrisse vous pensées.

Quand vous allez manger, vous ne dites pas, « j’ai bien mangé, c’était un très bon repas. La prochaine fois que je mangerai, ce sera dans trois semaines ou un mois. Je ne mangerai que si ça ne va pas bien ! ». Non ! À la fin de votre repas, le rendez-vous avec le prochain repas est déjà inscrit dans votre habitude de vie. 

De la même façon, vous savez qu’ayant fini de vous nourrir avec une lecture enrichissante, vous avez déjà rendez-vous avec la prochaine période de lecture. Vous savez avoir besoin de continuer à vous nourrir. Vivez cela en permanence. Nourrissez-vous de ce que vous voulez voir émerger dans votre vie. Intégrez ce que vous voulez voir. Immergez vos pensées de manière à ce que les sujets souhaités soient présents très régulièrement. 

Pour enfoncer le clou

Toujours dans la droite ligne qui consiste à chercher les voies pour nourrir vos pensées, interrogez-vous pour savoir :

Quels sont les posters, les cadres, les tableaux, les photos, les objets artistiques que vous avez chez vous ? Est-ce que chacun d’entre eux correspond à vos valeurs ? Est-ce que leur contenu corrobore ce que vous voulez penser ? Quand vous les voyez, est-ce qu’ils nourrissent ce que vous voulez nourrir en vous, dans vos pensées ?

Si c’est le cas, ajoutez-en de nouveaux, ceux qui manquent parce qu’ils ne soulignent pas encore des aspects de ce que vous voulez développer dans votre personnalité.

Exemple appliqué

La semaine dernière, je prenais l’exemple de la patience. Quel(s) symbole(s) matériel(s) pourriez-vous utiliser pour vous rappeler le choix d’inscrire la patience dans votre manière de vivre afin de développer votre bonheur ? Est-ce que ça pourrait être le fait de changer d’horloge ? Peut-être d’en enlever la pile ou de la faire retarder de quelques heures, même de quelques minutes ? 

Cherchez la symbolique qui pourrait correspondre afin qu’à chaque fois vous regarderez l’horloge, vous souveniez avoir choisi d’inscrire la patience dans votre vie. 

Ce sont des actes concrets qui viendront impacter votre esprit et vous aider à inscrire votre démarche dans le changement. Enfin, ils vous aideront à agir, conformément à ce que vous avez choisi de penser et de vivre. 

a person hammering a nail
Photo by Los Muertos Crew on Pexels.com

Punition interdite, svp 😉

Bien entendu, chaque fois ce n’est pas le cas, ne vous tapez pas sur la tête. Ne culpabilisez pas non plus. Vous risquez de vous dire « mieux vaut que j’arrête parce que je n’y arrive pas !». Bien, au contraire, à chaque fois vous n’y arrivez pas, demandez-vous pourquoi vous n’y êtes pas arrivé·e. De plus, choisissez de penser « la prochaine fois, je le ferai ». Et cet engagement peut-être pris, même si vous n’avez pas la réponse aux raisons pour lesquelles vous n’êtes pas arrivé.

J’insiste pour ne pas cognifier notre approche pour s’inscrire véritablement dans l’action. Si vous n’avez pas réussi tout à l’heure, vous ferez mieux la prochaine fois. Et même si vous ne faites pas mieux, vous le referez la fois prochaine. Faites-le jusqu’à ce que vous arriviez. Même si vous échouez, faites-le jusqu’à ce que vous y arriviez. Ainsi, chaque échec ne sera pas un échec en soi, mais un encouragement pour vous dire que vous pouvez y arriver. Ce n’est pas parce que vous n’avez pas réussi que vous ne pouvez pas y arriver. Peut-être que cela demande bien plus de concentration et que vous avez besoin de faire montre de bien plus de dévotion, d’application pour y parvenir.

Le changement passe par l’apprentissage 

Pour l’instant, vous avez des outils pour inscrire de nouvelles manières de penser comme de nourrir des pensées positive. Ainsi, 

à chaque fois, vous consommerez quelque chose, intégrez que vous vous nourrissez sur le plan alimentaire de ce que vous mangez. 

Intégrez que cela peut avoir un effet sur votre comportement, sur votre état, sur votre santé. 

De la même manière, quand vous nourrissez vos pensées, ce que vous avez pensé aura un effet sur votre santé mentale, psychologique, émotionnelle comme sur votre comportement.

Fonctionnez exactement comme pour l’alimentation en vous nourrissant. Je sais, on ne vous l’a pas appris. Mais, mieux vaut tard que jamais. Nourrissez-vous, nourrissez-vous encore en sachant que c’est un moyen d’instaurer, et pas seulement d’installer, le bonheur dans votre quotidien.

Il ne me reste plus qu’à me souhaiter une bonne semaine.

Bye-bye. 

10 commentaires

  1. Bonjour, merci pour votre article, mais méthode trop compliquée et mentale pour moi j’ai trop de choses en tête. Je suis déjà trop ens le mental. Par contre je retiens la loi recto verso et je la confirme. Vous dites trop de choses intéressantes dans votre article, faites en de splus courts avec une idée a la fois. Je retiendrai mieux une idée a la fois. Bonne journée. Raphaël

    1. Bonjour Raphaël,
      Merci pour votre retour incluant une proposition que je donne moins de contenu par article. Et dire que j’ai déjà pris cette direction 😉 Il semble nécessaire que j’apprenne encore à mieux doser. Merci
      J’entends que vous êtes trop dans le mental. Qu’est-ce qui vous paraitrait moins mental encore que le présent contenu pour devenir qui vous voulez être ?
      A vous lire

  2. Tres bel article 👍
    Travailler sur ses dualités et muscler ses affirmations positives… Je pratique à outrance et ça fonctionne 😉

    1. Jouvenon, je te remercie de formuler ton expérience comme d’un entraînement, comme de la muscu. Ce changement, comme beaucoup d’autres, sont bien le résultat d’entraînements.
      Attentions aux courbatures, tout de même 😉
      Je suis heureux que tu confirmes que ça fonctionne pour toi aussi. Nombreux sont ceux qui peuvent également y souscrire

  3. Je ne connaissais pas du tout la loi recto verso. C est en réalité quelque chose que tout le monde utilise mais ne met pas de mot dessus. C est un outil d’une grande force . Quand on en prend conscience et qu’on sait l’utiliser ça doit faciliter pas mal de choses

    1. Je ne suis pas du tout étonné que tu ne connaissent pas cette loi dans la mesure où c’est moi qui l’ai ainsi intitulée. C’est dans le cadre de mes observations expérience d’accompagnement que j’ai choisi de l’appeler ainsi.
      Et comme tu le dis, dès qu’on la met en application, on constate des changements. C’est immédiat, surtout si on la couple au principe de répétition.
      Bien à toi.

    2. Merci pr cet article très complet ! Tu donnes plusieurs conseils interressant !il ta pas mal de chose à apply! Je préfère appliquer tes conseils petit à petit !

      1. Author

        Je serai ravi d’apprendre que ta mise en application porte du fruit.
        Avance, même, petit à petit

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.