Est-ce utile de prendre de bonnes résolutions ?

Est-ce utile de prendre de bonnes résolutions ?

Un principe centenaire qui s’accroche encore

Le moment est venu de prendre de bonnes résolutions, mais la question se pose : est-ce utile de prendre de bonnes résolutions ? Prenons le temps de répondre à cette question bien utile.

Avant tout, je souhaite de meilleurs vœux à chacun d’entre vous et remercie ceux qui m’ont envoyé leurs vœux et posté des commentaires sur le blog Heureux au Présent pendant cette fin d’année. Je suis ravi de vous retrouver pour cette nouvelle année puisque ça veut dire que l’on continue, que l’on avance et que l’on construit encore. Je suis également ravi de voir que vous avez envie de continuer à construire, que vous faites partie de la communauté des Heureux et des Heureuses, continuant à semer le bonheur dans votre vie.

Le poids de la tradition l’emporte

On est au tout début de l’année et la tradition veut que l’on prenne de bonnes résolutions. Je ne ferai pas d’historique pour vous expliquer la raison pour laquelle on a commencé à prendre de bonnes résolutions. Il suffit d’aller dans une bibliothèque ou sur Internet pour trouver des éléments après quelques minutes de recherche seulement. Vous pourrez accéder à toute la richesse et comprendre la genèse de cette tradition. 

Je voudrais m’arrêter sur la question que pose l’utilité de prendre de bonnes résolutions. Est-ce pertinent, en termes de développement personnel, de prendre de bonnes résolutions ? 

(Nous avons pris l’habitude de parler de bonnes résolutions avec étonnement puisque je vois rarement des personnes démarrer une année en se projetant vers de mauvaises résolutions 🙂 personne n’aspire à vivre une année minable et pourrie de manière à faire un bilan de fin d’année dans lequel sciera à la branche sur laquelle on s’est assis pendant douze mois). Cela dit, j’accepte de parler de bonnes résolutions, me soumettant à l’expression commune.

Les bonnes résolutions de début d’année ont-elles un plus ?

Ce faisant, on pourrait s’interroger de savoir si ça change quelque chose de prendre ces résolutions en début d’année.

A priori on pourrait répondre non et s’inscrire dans une continuité en se pensant que, de toute façon, prenant des résolutions et des décisions tout au long de l’année, en veillant à les tenir, on pourrait ne pas avoir besoin de marquer un début d’année par une prise de résolution particulière. Peut-être que ça a du sens. 

Si c’est votre cas et que vous constatez que ça fonctionne, tant mieux. À vrai dire, je vous encourage à continuer ainsi puisque ce qui importe, finalement, ce n’est pas tant d’avoir une date à laquelle on va placer le choix de prendre de nouvelles résolutions. Le simple fait de prendre de nouvelles résolutions prime.

Dire que, le principe du développement veut que l’on ait conscience d’un besoin de prendre des décisions. On s’inscrit dans un chemin, dans une progression dans laquelle on se dit « avant, je faisais ceci et cela comme ça et à partir de maintenant, je le ferai autrement. Avant je croyais ça et désormais, je croirai ceci et cela sachant que ça conduira à telles types de pensées, d’émotions et d’actions ». 

Le principe consistant à prendre de nouvelles décisions en cours d’année est excellent, aussi. Dans ce cas-là, bingo ! Génial ! Bravo ! Continuez et foncez puisque vous êtes un semeur de bonheur. C’est ce qui compte ! 

La force symbolique donnée aux monuments 

Seulement, nous ne fonctionnons pas tous de la même manière. Certains ont besoin de monuments dans leur vie. Peut-être même que si vous avez l’habitude de prendre des décisions au fil de l’année, vous pourriez faire partie de ces personnes qui ont besoin de monuments. Vous savez, comme on le faisait à l’époque patriarcale pendant laquelle on bâtissait des stèles, des crucifix, des autels, des chapelles disposé(e)s sur certains chemins de pèlerinages. Ça fait aussi penser à ce genre de monuments construits après des guerres pour signifier certaines victoires comme? C’est également le cas de mémoriaux ayant marqué notre parcours de vie dont un des plus grands de ces dernières décennies est la double fosse des anciennes tours du World Trade Center de New York effondrées le 9 septembre 2001, comme vous le savez. 

On a besoin, par moment, de monuments. Par conséquent, si à certains moments de l’année, dans votre quotidien, vous êtes capable de créer des monuments (ayant pris l’habitude de créer des décisions et des résolutions en cours d’année) c’est super, mais si vous avez besoin de monuments et de mémoriaux pour symboliser certains virages forts, vous avez peut-être besoin du Nouvel An pour le faire. 

Bonnes résolutions

Ecoutez votre sensibilité pour choisir ce qui vous convient le mieux

C’est un petit peu à l’image des personnes qui se disent « pour moi, un anniversaire est secondaire. Bien sûr, je me rappelle que je suis né sans avoir à marquer un jour en particulier… » alors que d’autres, se trouvent offusqué si vous leur fêtez leur anniversaire un autre jour que le véritable jour de leur naissance. Certains n’apprécient même pas qu’on leur souhaite un ou deux jours avant le jour J. 

Ces gens-là ont besoin de monuments, de matérialiser et de visualiser quelque chose de concret sur un agenda, dans une symbolique quel qu’elle soit. Pour ces personnes-là, il est tout à fait entendable de vivre de bonnes résolutions le 1er janvier même si ça peut être le 1er janvier entre autres, venant s’ajouter à de nombreuses décisions matérialisées au cours de l’année. 

Peut-être est-ce pertinent d’aller créer plusieurs événements dans lesquelles on pourra créer de nouvelles résolutions. Peut-être peut-on le faire à la fin d’une expérience nouvelle. On peut également saisir l’occasion d’une retraite individuelle ou collective, d’un stage de développement personnel ou de remise en forme, d’une période de méditation ou d’un accompagnement quelconque, de marquer la fin de cet accompagnement par un monument, un mémorial. 

Ce peut-être une forme de stèle symbolique sur laquelle on pourra écrire la décision prise d’aller dans une direction précise. 

C’est une occasion d’agir avec de choix très concrets comme ceux que je vous propose ici en exemple :

  • Prendre davantage soin de soi, 
  • Accueillir le temps avec beaucoup plus de lenteur, 
  • Vivre le nouveau présent avec l’enrichissement des nouvelles acquisitions consécutives à une période de formation, 
  • etc. 

Parfois, il peut même être aidant de préciser la date à laquelle a été pris la décision, surtout si elle l’a été en cours d’année.  

Il m’importe que cette démarche consiste à répondre à un besoin ayant pour but d’orienter vers une ou deux bonnes résolutions. N’en faisons pas un principe en restant ouverts et souples, en écoutant nos propres sensibilités. Si vous ressentez le besoin de prendre des résolutions, écoutez-vous, faites-le. Par contre, si vous n’êtes pas sensible à cette réalité, vous pouvez continuer à vivre dans la cohérence d’avec vous-même en prenant vos décisions au fil de l’année, quand ça vous vient.

Résolution ou vœu pieux ? 

Maintenant, quand vous prenez des résolutions, que vous les preniez au fil de l’année ou le 1er janvier, il peut être intéressant de prendre votre cahier de vie (et si vous ne savez pas de quoi je parle, aller écouter le rendez-vous intitulé « Rendez-vous avec vous-même »). Je vous y encourage parce qu’une résolution non écrite est un vœu pieux.

Ceux qui ne connaissent pas la religion ne comprennent sans doute pas l’expression du vœu pieux. Dans la religion chrétienne, il s’agissait d’un vœu non suivi d’effets, une parole en l’air, quoi. 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Soyez égoïste

Une résolution a besoin d’être écrite pour éviter le chemin de ce genre de vœux. Finalement ça nous rapproche de l’événement auquel nous faisions allusion tout à l’heure en parlant d’une stèle, d’un monument, d’un mémorial. Un mémorial est tangible, on le voit quand on passe dans un carrefour. Quand on passe sur la place de l’Étoile à Paris, on voit l’Arc de Triomphe, par conséquent on se souvient avoir vaincu. Nos mémoriaux servent la mémoire de nos décisions prises. On se souvient de l’événement qui s’est produit ici ou là, à telle date ou à telle époque. 

Que ce soit au 1er janvier ou à n’importe quel moment de l’année, le cahier de vie est un moyen de marquer quelque chose de manière très claire, de l’acter avec la date précise.

Utiliser la visualisation ou la matérialisation symbolique 

Dans les approches de coaching et de développement professionnel, il est couramment proposé aux personnes d’acheter un objet correspondant à la visualisation de leur satisfaction projetée ou de leur désir. 

Par exemple, si quelqu’un veut faire un tour du monde, il pourrait acheter un globe terrestre qu’il poserait dans son bureau ou son salon. Et la démarche mentale consisterait à se dire « à chaque fois que je vois ce globe, je me souviens pourquoi je mets un pourcentage de mon salaire de côté. Il me sert de motivation vers le tour du monde que je veux faire dans cinq ans ». 

En fin de compte, la matérialisation ou la visualisation (qui peut être immatérielle) peut vraiment aider à symboliser le mémorial, le monument et, par voie de conséquences, la décision, quelle qu’elle ait été. 

Ici, dans mon bureau, j’ai un sablier. Aucune des personnes ayant mis les pieds dans le bureau ne sait as ce que symbolise ce sablier déposé sur une étagère, pourtant il a une signification symbolique servant de rappel à une décision que j’ai prise à une date qui n’a rien à voir avec le 1er janvier, au demeurant. C’est une décision prise avec mon épouse qui nous est rappelée par la présence de ce sablier.

Certains mettent un poster pour se projeter vers l’ile déserte qu’ils espèrent habiter un jour. Quelle que soit la symbolique, cherchez et trouvez quelque chose que vous pourrez utiliser comme rappel, soutien de matérialisation de votre décision prise le 1er janvier ou à toute autre date survenue pendant l’année.  

Prenez des résolutions

Le fait de prendre des résolutions participe à nous inscrire dans une dynamique de développement et de croissance. C’est donc une excellente chose que de prendre l’habitude de le faire en conscience, car en fait, ce qui est fort dans la démarche de la prise de bonne résolution le 1er janvier, est que l’on se souvient avoir choisi une direction plus facilement qu’en l’absence d’événement adapté à la prise de décision en question. C’est aussi là tout l’intérêt du cahier mémorial. 

Personnellement, je trouve qu’il est encore meilleur de prendre l’habitude de tenir ce que l’on décide. En effet, généralement, nous avons l’intention de nous y tenir, mais vous savez que ce rappel est loin d’être superflu. 

Tout l’intérêt de les écrire, de les matérialiser et de les visualiser régulièrement est justement de faciliter le souvenir de la direction de nos décisions. Nous agissons de sorte qu’elles ne soient pas que des mirages ou des fantasmes sur nos routes. Nous nous aidons à œuvrer afin qu’elles deviennent des réalités prenant vie sous nos yeux.

Quelle décision prendrez-vous ? 

Finalement, quel que soit votre choix, qu’il s’agisse de prendre des résolutions le 1er janvier ou en fil d’année, prenez des résolutions. Bien entendu, n’en prenez que de bonnes 🙂

Que vous le fassiez pendant ce mois de janvier ou n’importe quels mois de l’année, habituez-vous à prendre des décisions et des résolutions. Ce n’est que dans la pratique que vous verrez si vos décisions sont bonnes ou pas. Ne vous prenez pas la tête en ayant peur de prendre de mauvaise résolution. 

Que vous soyez habitué à le faire ou pas, faites-le, décidez, actez, avancez acceptant que le reste est secondaire. Prenez des résolutions et visualisez-les. Ensuite, évaluez-les, amendez-les, adaptez-les de manière à vous inscrire dans une dynamique de croissance personnelle.

C’est vraiment ce qui compte pour moi.

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une bonne semaine, une bonne année avec les bonnes résolutions que vous prendrez.

Je continuerai, cette année, à vous retrouver chaque semaine pour vous accompagner de manière à ce que vous viviez votre vie au mieux. Et ce sera avec un énorme plaisir ! 

Bye-bye

Utile ou pas, telle est la question ! 

Le moment est venu de prendre de bonnes résolutions, mais la question se pose : est-ce utile de prendre de bonnes résolutions ? Prenons le temps de répondre à cette question bien utile.

Avant tout, je souhaite de meilleurs vœux à chacun d’entre vous et remercie ceux qui m’ont envoyé leurs vœux et posté des commentaires sur le blog Heureux au Présent pendant cette fin d’année. Je suis ravi de vous retrouver pour cette nouvelle année puisque ça veut dire que l’on continue, que l’on avance et que l’on construit encore. Je suis également ravi de voir que vous avez envie de continuer à construire, que vous faites partie de la communauté des Heureux et des Heureuses, continuant à semer le bonheur dans votre vie.

Le poids de la tradition l’emporte

On est au tout début de l’année et la tradition veut que l’on prenne de bonnes résolutions. Je ne ferai pas d’historique pour vous expliquer la raison pour laquelle on a commencé à prendre de bonnes résolutions. Il suffit d’aller dans une bibliothèque ou sur Internet pour trouver des éléments après quelques minutes de recherche seulement. Vous pourrez accéder à toute la richesse et comprendre la genèse de cette tradition. 

Je voudrais m’arrêter sur la question que pose l’utilité de prendre de bonnes résolutions. Est-ce pertinent, en termes de développement personnel, de prendre de bonnes résolutions ? 

(Nous avons pris l’habitude de parler de bonnes résolutions avec étonnement puisque je vois rarement des personnes démarrer une année en se projetant vers de mauvaises résolutions 🙂 personne n’aspire à vivre une année minable et pourrie de manière à faire un bilan de fin d’année dans lequel sciera à la branche sur laquelle on s’est assis pendant douze mois). Cela dit, j’accepte de parler de bonnes résolutions, me soumettant à l’expression commune.

Les bonnes résolutions de début d’année ont-elles un plus ?

Ce faisant, on pourrait s’interroger de savoir si ça change quelque chose de prendre ces résolutions en début d’année.

A priori on pourrait répondre non et s’inscrire dans une continuité en se pensant que, de toute façon, prenant des résolutions et des décisions tout au long de l’année, en veillant à les tenir, on pourrait ne pas avoir besoin de marquer un début d’année par une prise de résolution particulière. Peut-être que ça a du sens. 

Si c’est votre cas et que vous constatez que ça fonctionne, tant mieux. À vrai dire, je vous encourage à continuer ainsi puisque ce qui importe, finalement, ce n’est pas tant d’avoir une date à laquelle on va placer le choix de prendre de nouvelles résolutions. Le simple fait de prendre de nouvelles résolutions prime.

Dire que, le principe du développement veut que l’on ait conscience d’un besoin de prendre des décisions. On s’inscrit dans un chemin, dans une progression dans laquelle on se dit « avant, je faisais ceci et cela comme ça et à partir de maintenant, je le ferai autrement. Avant je croyais ça et désormais, je croirai ceci et cela sachant que ça conduira à telles types de pensées, d’émotions et d’actions ». 

Le principe consistant à prendre de nouvelles décisions en cours d’année est excellent, aussi. Dans ce cas-là, bingo ! Génial ! Bravo ! Continuez et foncez puisque vous êtes un semeur de bonheur. C’est ce qui compte ! 

La force symbolique donnée aux monuments 

Seulement, nous ne fonctionnons pas tous de la même manière. Certains ont besoin de monuments dans leur vie. Peut-être même que si vous avez l’habitude de prendre des décisions au fil de l’année, vous pourriez faire partie de ces personnes qui ont besoin de monuments. Vous savez, comme on le faisait à l’époque patriarcale pendant laquelle on bâtissait des stèles, des crucifix, des autels, des chapelles disposé(e)s sur certains chemins de pèlerinages. Ça fait aussi penser à ce genre de monuments construits après des guerres pour signifier certaines victoires comme? C’est également le cas de mémoriaux ayant marqué notre parcours de vie dont un des plus grands de ces dernières décennies est la double fosse des anciennes tours du World Trade Center de New York effondrées le 9 septembre 2001, comme vous le savez. 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   L’intérêt de la dissociation

On a besoin, par moment, de monuments. Par conséquent, si à certains moments de l’année, dans votre quotidien, vous êtes capable de créer des monuments (ayant pris l’habitude de créer des décisions et des résolutions en cours d’année) c’est super, mais si vous avez besoin de monuments et de mémoriaux pour symboliser certains virages forts, vous avez peut-être besoin du Nouvel An pour le faire. 

Ecoutez votre sensibilité pour choisir ce qui vous convient le mieux

C’est un petit peu à l’image des personnes qui se disent « pour moi, un anniversaire est secondaire. Bien sûr, je me rappelle que je suis né sans avoir à marquer un jour en particulier… » alors que d’autres, se trouvent offusqué si vous leur fêtez leur anniversaire un autre jour que le véritable jour de leur naissance. Certains n’apprécient même pas qu’on leur souhaite un ou deux jours avant le jour J. 

Ces gens-là ont besoin de monuments, de matérialiser et de visualiser quelque chose de concret sur un agenda, dans une symbolique quel qu’elle soit. Pour ces personnes-là, il est tout à fait entendable de vivre de bonnes résolutions le 1er janvier même si ça peut être le 1er janvier entre autres, venant s’ajouter à de nombreuses décisions matérialisées au cours de l’année. 

Peut-être est-ce pertinent d’aller créer plusieurs événements dans lesquelles on pourra créer de nouvelles résolutions. Peut-être peut-on le faire à la fin d’une expérience nouvelle. On peut également saisir l’occasion d’une retraite individuelle ou collective, d’un stage de développement personnel ou de remise en forme, d’une période de méditation ou d’un accompagnement quelconque, de marquer la fin de cet accompagnement par un monument, un mémorial. 

Ce peut-être une forme de stèle symbolique sur laquelle on pourra écrire la décision prise d’aller dans une direction précise. 

C’est une occasion d’agir avec de choix très concrets comme ceux que je vous propose ici en exemple :

  • Prendre davantage soin de soi, 
  • Accueillir le temps avec beaucoup plus de lenteur, 
  • Vivre le nouveau présent avec l’enrichissement des nouvelles acquisitions consécutives à une période de formation, 
  • etc. 

Parfois, il peut même être aidant de préciser la date à laquelle a été pris la décision, surtout si elle l’a été en cours d’année.  

Il m’importe que cette démarche consiste à répondre à un besoin ayant pour but d’orienter vers une ou deux bonnes résolutions. N’en faisons pas un principe en restant ouverts et souples, en écoutant nos propres sensibilités. Si vous ressentez le besoin de prendre des résolutions, écoutez-vous, faites-le. Par contre, si vous n’êtes pas sensible à cette réalité, vous pouvez continuer à vivre dans la cohérence d’avec vous-même en prenant vos décisions au fil de l’année, quand ça vous vient.

Résolution ou vœu pieux ? 

Maintenant, quand vous prenez des résolutions, que vous les preniez au fil de l’année ou le 1er janvier, il peut être intéressant de prendre votre cahier de vie (et si vous ne savez pas de quoi je parle, aller écouter le rendez-vous intitulé « Rendez-vous avec vous-même »). Je vous y encourage parce qu’une résolution non écrite est un vœu pieux.

Ceux qui ne connaissent pas la religion ne comprennent sans doute pas l’expression du vœu pieux. Dans la religion chrétienne, il s’agissait d’un vœu non suivi d’effets, une parole en l’air, quoi. 

Une résolution a besoin d’être écrite pour éviter le chemin de ce genre de vœux. Finalement ça nous rapproche de l’événement auquel nous faisions allusion tout à l’heure en parlant d’une stèle, d’un monument, d’un mémorial. Un mémorial est tangible, on le voit quand on passe dans un carrefour. Quand on passe sur la place de l’Étoile à Paris, on voit l’Arc de Triomphe, par conséquent on se souvient avoir vaincu. Nos mémoriaux servent la mémoire de nos décisions prises. On se souvient de l’événement qui s’est produit ici ou là, à telle date ou à telle époque. 

Que ce soit au 1er janvier ou à n’importe quel moment de l’année, le cahier de vie est un moyen de marquer quelque chose de manière très claire, de l’acter avec la date précise.

Utiliser la visualisation ou la matérialisation symbolique 

Dans les approches de coaching et de développement professionnel, il est couramment proposé aux personnes d’acheter un objet correspondant à la visualisation de leur satisfaction projetée ou de leur désir. 

Par exemple, si quelqu’un veut faire un tour du monde, il pourrait acheter un globe terrestre qu’il poserait dans son bureau ou son salon. Et la démarche mentale consisterait à se dire « à chaque fois que je vois ce globe, je me souviens pourquoi je mets un pourcentage de mon salaire de côté. Il me sert de motivation vers le tour du monde que je veux faire dans cinq ans ». 

En fin de compte, la matérialisation ou la visualisation (qui peut être immatérielle) peut vraiment aider à symboliser le mémorial, le monument et, par voie de conséquences, la décision, quelle qu’elle ait été. 

Ici, dans mon bureau, j’ai un sablier. Aucune des personnes ayant mis les pieds dans le bureau ne sait as ce que symbolise ce sablier déposé sur une étagère, pourtant il a une signification symbolique servant de rappel à une décision que j’ai prise à une date qui n’a rien à voir avec le 1er janvier, au demeurant. C’est une décision prise avec mon épouse qui nous est rappelée par la présence de ce sablier.

Certains mettent un poster pour se projeter vers l’ile déserte qu’ils espèrent habiter un jour. Quelle que soit la symbolique, cherchez et trouvez quelque chose que vous pourrez utiliser comme rappel, soutien de matérialisation de votre décision prise le 1er janvier ou à toute autre date survenue pendant l’année.  

Prenez des résolutions

Le fait de prendre des résolutions participe à nous inscrire dans une dynamique de développement et de croissance. C’est donc une excellente chose que de prendre l’habitude de le faire en conscience, car en fait, ce qui est fort dans la démarche de la prise de bonne résolution le 1er janvier, est que l’on se souvient avoir choisi une direction plus facilement qu’en l’absence d’événement adapté à la prise de décision en question. C’est aussi là tout l’intérêt du cahier mémorial. 

Personnellement, je trouve qu’il est encore meilleur de prendre l’habitude de tenir ce que l’on décide. En effet, généralement, nous avons l’intention de nous y tenir, mais vous savez que ce rappel est loin d’être superflu. 

Tout l’intérêt de les écrire, de les matérialiser et de les visualiser régulièrement est justement de faciliter le souvenir de la direction de nos décisions. Nous agissons de sorte qu’elles ne soient pas que des mirages ou des fantasmes sur nos routes. Nous nous aidons à œuvrer afin qu’elles deviennent des réalités prenant vie sous nos yeux.

Quelle décision prendrez-vous ? 

Finalement, quel que soit votre choix, qu’il s’agisse de prendre des résolutions le 1er janvier ou en fil d’année, prenez des résolutions. Bien entendu, n’en prenez que de bonnes 🙂

Que vous le fassiez pendant ce mois de janvier ou n’importe quels mois de l’année, habituez-vous à prendre des décisions et des résolutions. Ce n’est que dans la pratique que vous verrez si vos décisions sont bonnes ou pas. Ne vous prenez pas la tête en ayant peur de prendre de mauvaise résolution. 

Que vous soyez habitué à le faire ou pas, faites-le, décidez, actez, avancez acceptant que le reste est secondaire. Prenez des résolutions et visualisez-les. Ensuite, évaluez-les, amendez-les, adaptez-les de manière à vous inscrire dans une dynamique de croissance personnelle.

C’est vraiment ce qui compte pour moi.

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une bonne semaine, une bonne année avec les bonnes résolutions que vous prendrez.

Je continuerai, cette année, à vous retrouver chaque semaine pour vous accompagner de manière à ce que vous viviez votre vie au mieux. Et ce sera avec un énorme plaisir ! 

Bye-bye

Photo de Lara Chara provenant de Pexels

8 commentaires

    1. Author

      Merci Franck, bonne inspiration et au plaisir

    2. Merci pr cet article très complet ! Moi je suis d’accord avce toi ,on doit pas prendre de résolution comme une décision facile ! Il ya plusieurs étapes à franchir !

  1. Merci pour cet article! Personnellement je ne fait pas tellement de résolutions depuis longtemps, car la planification n’était pas mon truc.
    Depuis que je suis devenue entrepreneuse j’ai commencé, toutefois, à déterminer mes objectifs. Mais à chaque fois accompagné de la pensée: je ne vais jamais y arriver, tout est incertain, tout peut arriver.
    Finalement j’ai retrouvé un juste milieu, en me libérant de mes croyances limitantes, et en passant à l’action pas à pas, pour arriver au plus proche de mes fins.

    1. Author

      Génial ! Je suis ravi de lire que vous avez franchi le pas du passage à l’action. Je vous encourage à continuer

  2. Hello ! Merci pour cet article et ces conseils ! Je suis d’accord, il faut prendre de bonnes résolutions dans sa vie, c’est un bon moyen de progresser. Pour moi, peu importe le 1er janvier. Par contre, j’aime respecter le rythme des saisons pour gérer mon changement… écologique (car c’est lui qui m’occupe depuis quelques années). Au début de l’hiver, je fais un choix dans ma liste de changements, et j’étudie la façon dont je vais m’y prendre pour réussir ce changement. Généralement, j’écris. Au printemps, je commence mes premières expériences. A l’été, je mets le turbo : c’est le moment de m’investir à fond pour intégrer le changement dans ma vie. Et à l’automne, je fais le bilan. Je garde ce qui a bien marché, et j’arrête ce qui me fait galérer. En 2021, ma résolution était de progresser en cuisine, et particulièrement en cuisine végétarienne. Ma bonne résolution pour 2022, c’est de faire mon 1er potager ! J’espère me faire plaisir, et on verra bien ce que ça va donner 🙂

    1. Author

      Dominique, je vous souhaite beaucoup de plaisir à vivre votre potager.
      Prendre des bonnes résolutions est un style de vie, en réalité. Si ça vous convient et que c’est porteur pour vous, continuez ! Génial

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.