48# Saisir les opportunités

Written by on

Vous avez envie de voir davantage d’opportunités s’ouvrir à vous. Vous avez donc besoin d’ouvrir les yeux sur ce que vous vivez pour voir ce que vous ne voyez pas encore. Mais pourquoi ne voyez-vous pas certaines expériences quotidiennes qui sont, en définitives, des opportunités ? 

Tous les problèmes n’ont pas de solutions, contrairement à ce que l’ont dit. Par contre, beaucoup de situations de vie apparemment insignifiantes ou négatives peuvent devenir des opportunités. C’est l’objet de cette émission. 

Dans cette émission, vous verrez comment saisir les opportunités grâce aux étapes suivantes : 

  • Regarder les opportunités avec justesse
  • Le rôle de vos pensées sur la notions d’opportunités
  • Un exercice en 9 étapes pour accroitre vos opportunités
  • Créer vos opportunités, une des clés du bonheur

Transcription intégrale de l’émission

48# Saisir les opportunités 

Cette émission s’intitule « saisir les opportunités ». Elle aurait pu porter un autre titre, finalement assez proche d’un sujet que j’ai déjà abordé avec vous : “Je n’ai pas de chance dans la vie“. Pour mieux saisir les bases du sujet  d’aujourd’hui, je vous encourage à écouter celle sur la chance. 

Pour apprendre à saisir les opportunités, vous avez besoin d’apprendre à les voir, avant tout. Et plus encore, à les provoquer. Apprendre à voir une opportunité sous-entendrait qu’il y’a des situations de vie dans lesquelles il n’y a pas d’opportunité. Or, sur le plan rationnel, rien ne permet d’affirmer cela. Ce n’est pas parce que vous n’avez pas vu l’opportunité qu’elle n’existait pas. Par conséquent, la base du travail consistera à regarder les événements par lesquelles vous passez avec un regard opportuniste, au sens positif du terme. Est-ce déjà le cas ?

  • Quand vous avez été licencié, si cela vous est déjà arrivé, comment l’avez-vous perçu ? Était-ce une opportunité ?
  • Le passage difficile de votre divorce, ou de celui de vos parents ou enfants, a-t-il été une opportunité ?
  • La mauvaise note à votre soutenance de thèse de mémoire a-t-elle été une opportunité ? 
  • Les remarques douloureuses de votre enfant ont-elles été des opportunités ?

Regarder les opportunités avec justesse

Si vous avez appris que les opportunités sont de superbes événements qui vous tombent dessus, vous passerez à côté de nombreuses opportunités. Vous aurez naturellement tendance à attendre que les opportunités viennent vers vous. Et selon les événements qui passeront devant vous, vous ferez un tri sélectif. Vous mettrez d’un côté les événements que vous considérerez comme pénalisants et de l’autre, ceux qui représentent des opportunités, à vos yeux. Je n’ai pas créer de zone neutre, sorte de no man’s land dans laquelle vous placerez les événements sans signification particulière, bien qu’elle existe. On pourrait l’appeler la zone des événements insignifiants. 

Mais la vie ne fonctionne pas comme cela. Les événements n’arrivent pas avec des étiquettes. Cela ressemblerait à des événements qui porteraient une corde avec un écriteau sur lequel serait écrit « opportunité ». Il pourrait avoir été précédé d’autres événements pourtant un écriteau autour du cou sur lesquels serait écrit « pénalité ». 

Vous comprenez que j’utilise une image qui n’est pas sans rappeler notre manière inconsciente de vivre la relation avec les événements quotidiens. Si vous regardez ces événements avec un étiquetage au moment où ils arrivent vous fonctionnez conformément à l’illustration que je viens de faire. Cela signifie que vous avez des idées, des pensées préconçues fondées sur ce que vous avez vécu(e). De là, des émotions et ressentis en relation avec des événements similaires passés s’y sont greffées. Et vous vivez au présent comme si vous viviez le présent au passé. Vous revivez le passé en différé ou par transposition.

Je me souviens de réunion dans lesquelles des enjeux variés se m’étais sur la table. Il y avait ceux qui étaient plus ou moins ouverts aux propositions des uns des autres, les réfractaires et les optimistes. En fonction des sujets d’échanges, les postures des acteurs de la réunion se confirmaient ou s’infirmaient. Imaginez que vous vous trouviez à une de ces réunions. Un des membres installé autour de la table fait une proposition. Sur quelle base réagiriez-vous ? Où puiseriez-vous les ressources pour émettre un avis et prendre une décision ? Dans votre passé ? Dans votre présent, ? Votre perception à venir ? Dans vos valeurs ? Je pourrais décaler mes questions en vous demandant si vous vous placeriez sur une volonté de conserver ? De préserver ? De construire ? De prévenir ? De projeter ? De léguer ?

vers des opportunités

Les opportunités sont le résultats de pensées préconçues

Votre manière de vous comporter et votre position sur les propositions qui sont faites seront déterminées par votre posture de départ. Il s’agit donc bien de celle qui précède votre présence à la réunion, voire, votre expérience antérieure à la réunion. Ne pensez pas que vous avez un avis dont le point ee départ se situe au moment où le projet ou l’idée vous est présenté. Votre décision avait ayant été prise. Je sais que cette formulation est assez étrange mais je la trouve pertinente puisqu’elle place un événement dans le passé comme ayant été achevé. C’est pourquoi j’ai dit que votre décision avait ayant été prise. Et cela est valable que vous soyez de nature à voir les opportunités, à être indifférent(e) où à être davantage centrée sur les pénalités, les difficultés.   

Comprenant que la décision que vous prendrez à ce moment-là est déterminée par votre passé, vous pouvez décider au présent que les décisions que vous prendrez dans l’avenir seront déterminées par votre passé. Et vous pouvez au présent choisir de construire ce qui sera votre passé de demain. Il sera différent si vous prenez soin de le choisir, de le créer. C’est de cette manière là que je vous propose de travailler pour faire en sorte que les événements que vous considériez comme étant indifférents, ceux que vous placiez parmi les désavantages, les pénalités, deviennent des événements que vous transformerez en opportunités.

Le verbe transformer signifie qu’il y a une atteinte à la forme de quelque chose suite au passage à travers autre chose (préfixe : trans). Néanmoins, l’atteinte peut dépasser la simple forme. il est vrai que parfois, le fond impacte la forme mais il est aussi vrai que la forme peut impacter le fond. Choisir de transformer une réalité en une autre peut donc toucher à la forme mais aussi au fond de cette réalité.

Si vous aviez le naturel à penser qu’un licenciement est une pénalité, une difficulté, vous pourrez choisir de faire en sorte que les choses soient toutes autres quand vous serez licencié(e) la prochaine fois ou s’il vous arrivait d’être licencié(e) de nouveau. 

  • Un licenciement peut être une opportunité pour changer d’entreprise
  • Il peut être une opportunité pour changer de métier
  • Il peut être une opportunité pour créer une entreprise
  • Il peut être une opportunité pour se remettre en question sur ses compétences
  • Il peut être une opportunité pour s’interroger sur sa personne, son existence
  • Il peut servir la prise de confiance d’une différenciation nécessaire entre qui vous êtes et le métier que vous faites
  • etc

Regard appliqué sur les opportunités

Ce genre de réflexions est valable pour des domaines très variés. J’ai choisi celui du licenciement mais il peut convenir également au deuil, par exemple

Dernièrement, avec mon épouse, nous parlions d’un couple qui vivait un bonheur tellement important que, depuis le décès du conjoint, il était difficile pour la veuve de vivre son bonheur au présent. L’intensité et la force de ce qu’elle a vécu avec son mari était présent en permanence. Finalement, son bonheur passé commençait à être pénalisant dans son présent. Cette expérience a permis d’ouvrir l’échange pour prendre conscience que nous risquions de vivre une expérience assez proche, compte tenu de notre perception d’un bonheur présent et conjugal intense. A quoi ressemblerait le bonheur de celui de nous deux qui partira le dernier ? 

Se poser la question de la sorte est une manière d’intégrer le décès de l’un de nous deux comme une réalité évidente. Rien ne pourra l’empêcher. Je vous invite à intégrer dans votre vie que les difficultés par lesquelles vous passez, ou plutôt, ce que vous vivez et considérez comme des difficultés le sont à partir du moment où vous décidez qu’elles le soient. Et vous pouvez choisir que dans ses difficultés s’ouvrent des opportunités.

Il ne s’agit donc plus d’attendre de faire le tri des événements que vous vivrez en mettant de côté ce que vous considérez comme étant positifs neutres ou négatifs, mais de faire en sorte que pour certains événement loins d’être actuellement positifs, vous choisissiez de les transformer pour qu’il deviennent opportunités. Cela n’a pas pour objet de transformer un événement dit négatif en événements positifs. Mais cette démarche consiste à faire que dans un événement qui a été qualifié de négatif vous créiez des voies nouvelles. 

Si je reprends l’exemple du licenciement, à supposer que vous considériez un licenciement comme négatif, ne changez rien, à moins que vous y teniez. A partir de cet événement licenciement, choisissez de créer de nouvelles voies. C’est une manière de vous inviter à éviter les situations des voies sans issue. À partir de moment où vous incorporerez dans votre corpus de pensées que les voies sans issue peuvent devenir des opportunités, vous ne resterez jamais sur place, bloqué(e) dans une situation. Où que vous serez, vous trouverez les moyens de créer des chemins nouveaux. Vous ouvrirez des portes ou des fenêtres vous conduisant vers de nouvelles étapes. Ce pourra être la cas même si votre perception de départ est négative.

L’exercice pour regarder la vie autrement. Créez vos opportunités

Je vous propose un exercice : 

  1. Quel événement négatif avez-vous à l’esprit ? Autant que faire se peut, puisez dans des expériences récentes, à moins que vous préfériez aller chercher une réalité passée fortement ancrée. Je voulais laisse libre de choisir,
  2. Vous pouvez y associer des émotions tirées de votre tableau des émotions. C’est celui dont je vous parle dans les émissions « Prenez la mesure de vos émotions » et « Prenez le contrôle de vos émotions ». À partir de ce tableau, vous identifierez non seulement les émotions que vous avez ressenties mais également leur intensité respective,
  3. Une fois que vous avez écrit vos émotions et les intensités, vous pouvez écrire les pensées qui vous ont conduites à étiqueter cet événement comme négatif, 
  4. C’est fait ! A présent, imaginez que tant que vous considérez cet événement comme étant négatif, vous êtes comme au fond d’une impasse, entouré(e) de murs. Il n’y a aucune fenêtre, aucun moyen de vous en sortir. Imaginez l’endroit comme étant sombre, chose qui est incluse dans l’idée de négatif. Cet adjectif est en relation avec le noir. La situation est donc sombre. Vous y êtes ? 
  5. À présent regardez bien autour de vous et donnez des noms aux murs qui vous environnent. Chacun des murs peut porter une des émotions que vous avez identifiées. Si l’un des murs s’appelle « honte », Imaginez-vous écrire sur ce mur l’ensemble des raisons pour lesquelles vous avez ressenti d’émotion de honte. 
  6. Ensuite, visualisez ce qui pourrait diminuer vos émotions même si vous puisez dans des situations assez proches ou similaires à l’avenir. Vous pouvez aussi vous demander ce qui aurait pu provoquer un ressenti différent de celui de la honte, dans votre expérience passée. 
  7. Prenez une craie imaginaire et dessinez sur le mur ce qui vous paraît le plus important dans le but, bien sûr, de diminuer ou de dépasser cette émotion de honte. Il pourrait s’agir d’une fenêtre, d’une porte, d’une serrure et d’une clé, d’une plante suffisamment forte pour que les racines brisent la base du mur. Ce peut être un arbre capable de pousser dans ce mur. Si vous voulez chercher des sources d’inspiration, je vous propose d’aller visiter certains sites Internet d’artistes qui sont capables, sur des murs morts, inutiles, d’ouvrir à des réalités sur l’avenir. Je vous mets ici quelques liens de manière à ce que vous puissiez aller voir le travail richement symbolique de ces artistes sur des murs « morts », quelque part. Avec une simple esquisse à la craie, je ne vous invite pas à créer une œuvre d’art mais des ouvertures là où vous étiez certains qu’ils n’était pas possible d’en placer. 

Liens artistiques : 

Trompe l’oeil géant

Fresque trompe l’oeil

Fresque de Julian Beever

Festival de street art à Paris

  1. Une fois que vous avez créé vos ouvertures, qu’il s’agisse d’une route nouvelle, une fenêtre d’une porte, je vous invite à fermer les yeux et entamer les travaux pour que de votre esquisse la nouvelle réalité que vous souhaitez apparaissent.
  2. Projetez-vous vers une nouvelle manière de vivre les difficultés, les freins, les limitations que vous avez perçues comme telle jusqu’à présent. Dans cette image des murs qui constituent une impasse, j’aime l’idée que l’impasse est bien réelle. Il ne s’agit pas d’une l’impression, d’une illusion. Ne minimisez pas cette situation bloquante. Cela ne vous aidera pas à en sortir. L’idée n’est d’ailleurs pas d’en sortir. Le projet est de construire depuis cette zone là, depuis le bout de votre impasse. Projetez-vous pour imaginer une suite à votre situation. En anglais, une impasse se dit « a dead end road » ce qui donne littéralement, « une rue qui débouche sur la mort ». Je vous propose de regarder vos impasses comme des rues débouchant sur la vie. 
Créer ses opportunités est une des clés vers le bonheur assuré

Créer ses opportunités, une des clés vers le bonheur assuré

Ne soyons pas utopistes en pensant que tous les problèmes ont leur solutions. Saisir les opportunités ne consiste pas à nier les problèmes. C’est tout le contraire. C’est en accueillant vos problèmes que vous pourrez créer vos opportunités. En prenant conscience de votre présence dans l’impasse vous pourrez solliciter des ressources en vous pour écrire vos émotions sur les murs qui vous entourent et y écrire la lumière qui vous sortira de ses réalités négatives. Et, qu’elles restent négatives ou pas, à vos yeux, qu’importent. Ce qui compte plus que tout se trouve dans votre choix de créer une ou des voies nouvelles. C’est de choisir que ces impasses deviennent des opportunités. 

Finalement, aux opportunités que vous perceviez déjà comme telles, viendront s’ajouter celles que vous choisirez de créer. Sans pouvoir les dénombrer, vous décuplerez les opportunités de votre vie. C’est une des clés pour créer votre bonheur. 

A chaque fois vous aurez le sentiment d’être dans une impasse, visualisez que vous avez devant vous des opportunités pour créer de nouvelles pages lumineuses de votre vie. Finalement, mieux que de saisir les opportunités, vous deviendrez des créateurs d’opportunités

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une bonne semaine. 

Bye bye

Crédit photo : Image par StockSnap de Pixabay


Questions & Commentaires
  1. BERTHOD   On   26 juin 2020 at 22 h 37 min

    Merci Pascal pour le rappel du chemin que vous décrivez!
    J’ai dû le découvrir par moi-même lorsque j’ai fait un Burn-Out.
    La vie est pleine de mouvance, rien n’est figé, faisons de même.
    Bien à vous.
    Clélia

    • AdminPasc   On   27 juin 2020 at 7 h 44 min

      Bonjour,
      Quelle joie de vous lire ici !
      En fait, quelle que soit la voie qui nous conduit à saisir, ou plutôt, créer nos opportunités, choisir de le faire est excellent. Vous vivez avec un avantage, selon moi. Car la découverte seule de cette nécessité, par des expériences vécues, donne plus de racines et d’ancrage que de l’apprendre par un tiers.
      Je vous souhaite de continuer à créer votre bonheur.
      Merci, par votre travail auprès des enfants, de participer à leur bonheur comme à celui de leurs parents.
      Au plaisir

Laisser une question / un commentaire

Votre adresse email ne sera ni vendue, ni cedée. Required fields are marked *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Continue reading

[There are no radio stations in the database]

Ecrit pour vous !  "Vos problèmes sont-ils des obstacles à votre bonheur ?"