Soyez optimiste

soyez optimiste

L’optimisme n’est sûrement pas un mensonge à soi-même 

Je suis conscient qu’en vous disant «soyez optimiste», j’emploie une injonction. Or, il y a une sorte de contradiction de chercher à être pour répondre à une injonction. En même temps, c’est peut-être une invitation au lieu d’être une injonction. Je préfère la regarder ainsi.

Il arrive que la science nous casse les pieds

Peut-être vous dites vous, comme le font certaines études certifie que actuellement, que vous n’êtes pas optimiste. Vous êtes de nature pessimiste et que certains gènes déterminent l’optimisme ou le pessimisme de chacun d’entre nous. Par conséquent, si nous sommes vraiment prédéterminés, c’est mort !

Optimisme ou positivisme ?

Je ne voudrais pas que l’on confonde l’optimisme avec le fait de regarder le verre à moitié plein en quasi-permanence. C’est un jeu qui possède certains revers. 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Dire ce que vous pensez

Parfois, chercher à voir le verre à moitié plein est gonflant. Ma femme m’a quitté, j’ai perdu mon boulot et ma voiture est cassée, il n’y a rien de positif à un de ces trois événements. Par contre, par optimisme, je choisis de croire que tout n’est pas fichu. 

Avez-vous noté que j’ai fait exprès de dire « je décide de croire » ? Il s’agit bien d’une croyance que j’ai acceptée, que j’ai plantée dans mon terrain avant de l’arroser en me disant « quoiqu’il m’arrive, j’ai choisi de croire que tout n’est pas fichu ».  Ça n’a rien à voir avec la pensée qui me conduirait vers « il y a des choses géniales dans tout ce que je vis ! » 

Pour moi, cette manière de penser est foncièrement fausse . Il n’y a rien de positif à perdre mon conjoint. Il n’y a rien de positif à ce que ma voiture soit cassée ou en panne sur mon parking. Parfois, j’en ai marre et j’ai envie de péter un câble comme de pester et j’ai raison de le faire.

L’optimisme se met en mouvement quand, après ce ras-le-bol ou dans ce pétage de câbles, je me dis « et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ?» 

Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ?

Dans ce rendez-vous du jour, je vous donne des éléments pour que vous arriviez à vivre cette réalité vraie avec vous-même dans laquelle vous vous autorisez à péter un câble. Vous saurez avoir le droit de ne pas aimer des choses que vous vivez sans chercher à voir du positif dans ce qui n’a pas de positif en soi.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Faire un bilan personnel

Je vous donnerai également des éléments pour que vous entriez dans la dynamique qui consiste à penser « et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ? »

Je vous souhaite une bonne écoute 

Photographie : Pexels.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.