67# Cesser de fumer, ça vous dit ?

Written by on

67# Cesser de fumer, ça vous dit ?

Le sevrage sans substituts à l’efficacité prouvée s’appelle le plan de 5 jours

Notre 67e rendez-vous s’intitule : cessé de fumer, est-ce que ça vous dit ? Le docteur Jean-Claude MATTER est mon invité aujourd’hui pour en parler. Il a décidé de s’impliquer dans une méthode de sevrage tabagique qui est très peu connue et, qui en plus, est non médicamenteuse. J’ai donc bien envie de la faire connaître à vous qui avez choisi de créer votre bonheur et de vivre votre vie au mieux.

Bonjour,  Dr Jean-Claude MATTER,

Dr Jean-Claude MATTER : Bonjour Pascal Quionquion. Je suis ravi de vous avoir au téléphone et de pouvoir participer à cette campagne qui aide au sevrage tabagique. Je trouve que c’est une méthode qui me convient parfaitement l’ayant utilisée pour accompagner des centaines de personnes.

? Nous prendrons le temps de nous arrêter sur cette méthode, mais je voudrais d’abord vous inviter à vous présenter un peu. Vous êtes médecin installé en Alsace, c’est cela ? 

Dr Jean-Claude MATTER : Oui, je suis à Colmar, en Alsace.

? Avant de commencer, je voudrais vous remercier de prendre ce temps, en plein Covid. D’autant que je crois savoir que votre cabinet est très plein. Je pense que ceux qui nous écoutent apprécieront d’autant plus le temps que vous nous consacrez en ayant accepté d’être là, présent, pour ce rendez-vous. 

Dr, depuis combien d’années êtes-vous engagé dans le sevrage tabagique ? 

Dr Jean-Claude MATTER : Personnellement, j’étais encore étudiant en médecine, quand j’ai commencé à animer le premier Plan de 5 jours à Strasbourg. C’était dans les années 70. À l’époque, on avait des réunions qui rassemblaient près d’une centaine de personnes, à chaque fois. Et l’on en organisait deux par an. Je l’ai fait pendant 30 ans. 

? En tant que médecin, il existe beaucoup de causes dans lesquelles vous pouviez vous appliquer. Pourquoi avoir opté pour le sevrage tabagique ?

Dr Jean-Claude MATTER : J’ai aimé cette méthode parce qu’elle est globale, très respectueuse de la personne et non médicamenteuse. J’ajoute qu’elle a donné beaucoup de bons résultats pendant toutes ces années et qu’elle permet de s’arrêter efficacement. Elle a fait ses preuves faisant partie des méthodes les plus efficaces.

? Santé publique France dit que  « Le tabac est responsable actuellement en France de plus d’1 décès sur 9 (1 décès sur 5 chez les hommes et 1 décès sur 35 chez les femmes). Dans la population âgée de 35 à 69 ans, 1 décès sur 3 est attribuable au tabac chez les hommes et 1 sur 16 chez les femmes. » Les chiffres descendent progressivement, année après année puisque l’on est dans la troisième année consécutive de baisse en termes de consommation tabagique. La baisse est quand même lente, ne trouvez-vous pas ?

Dr Jean-Claude MATTER : Malheureusement oui, je trouve que la baisse est lente. Je le perçois d’autant plus qu’il n’y a pas que les pathologies cancéreuses qui sont des conséquences du tabagisme. Souvent, les personnes qui décèdent du tabagisme sont des personnes plutôt jeunes. Parfois, le décès survient avant 50 ans quand elles ont commencé à fumer très jeune. Ce qui me frappe, aujourd’hui, c’est qu’il y a aussi beaucoup de tabagisme féminin. Du coup, le cancer du poumon, chez la femme, est en train de rattraper le pourcentage de celui des hommes. Les filles se mettent à fumer particulièrement jeunes alors que l’on sait que le cumul des années augmente les facteurs de risques du développement de pathologies cardio-vasculaires, entre autres, pulmonaires et tumorales. 

? Les chiffres que j’ai consultés montrent que les femmes cessent de fumer plus fréquemment que les hommes, mais vous constatez un démarrage de consommation tabagique plus important chez les femmes, malgré tout ?

Dr Jean-Claude MATTER : Oh oui. Aujourd’hui, il y a plus de femmes qui fument que dans les années 80 ou 90. C’est un phénomène de société que de constater que les filles fume beaucoup plus que dans le passé.

? Comment expliquer ce phénomène ?

Dr Jean-Claude MATTER : C’est en grande partie lié au stress. Notre société qui génère du stress génère en même temps une envie de fumer de plus en plus importante. En conséquence, les personnes qui ont trouvé cette solution deviennent très vite dépendantes. Ensuite, elles n’arrivent plus à s’en défaire parce que, sur le coup, c’est une solution. Mais dans la durée, la solution s’avère pire que le mal. On peut l’associer à la nécessité de baisser le stress, comme d’accroître la recherche du plaisir qui est très importante dans ce genre de comportements. 

? Je trouve intéressante la manière dont vous l’abordez. Selon vous, l’entrée dans la consommation tabagique est à mettre en relation avec la recherche d’une solution ?

Dr Jean-Claude MATTER : En effet, je le vois comme ça, parce que l’on peut demander à n’importe quel fumeur et constater qu’il sait que ce n’est pas bon. Je ne vois pas un fumeur qui dise « ça, c’est excellent pour la santé ! » Les chiffres sont là, on ne peut pas nier l’évidence. Quelque part, les fumeurs sont prisonniers de leur dépendance dont il se passerait bien. Et par conséquent, les conséquences ne sont pas bonnes non plus. Ils se retrouvent donc dans un dilemme. Fumer est culpabilisant et la solution pour faire face à la culpabilité est de fumer.

Plus on multiplie les tentatives pour cesser de fumer et plus on augmente ses chances de succès

? Finalement, ce que vous dites montre à quel point c’est une drogue. Parce que, dans le phénomène addictif, on présente vraiment le produit ou la substance utilisée dans sa consommation comme un moyen d’apporter une solution à un problème. 

Dr Jean-Claude MATTER : C’est exact. D’ailleurs, le tabac est une drogue dure, parce que je ne vois pas de fumeurs s’arrêter 24 heures sans ressentir de manque. Si l’on compare ce phénomène au cannabis, on constate que les gens peuvent s’en passer pendant deux ou trois jours. Ce n’est pas du tout le cas pour la cigarette ! Il y a une dépendance très forte à la nicotine ce qui, effectivement, complique la vie des fumeurs et de ceux qui veulent s’arrêter.

? Au vu du nombre d’années dont vous avez parlé tout à l’heure, vous avez accompagné beaucoup de personnes vers le sevrage tabagique. J’imagine que l’on peut faire une catégorisation des personnes qui entrent dans cette démarche du sevrage tabagique et qui arrivent au succès. Quelles sont les motivations de ces personnes qui parviennent à cesser de fumer, qu’il s’agisse de la première, de la deuxième troisième ou quatrième tentative ?

Dr Jean-Claude MATTER : Plus on essaye d’arrêter de fumer, plus on a de chances de réussir. Certaines personnes essayent une fois, deux fois et y parviennent à la troisième fois. On peut dire qu’ils se sont engagés dans un vrai plan de bataille. il est donc vrai de dire que la première chose qui compte est la motivation. Maintenant, ceux qui décident de s’arrêter le font souvent à cause de problèmes de santé. Et ses problèmes ne touchent pas que le cancer, mais également les pathologies cardio-vasculaires, des problèmes pulmonaires et d’autres pathologies qui sont liées directement au tabagisme. Étant donné que le prix du tabac a considérablement augmenté, cette motivation vient se greffer à l’ensemble des motivations que je viens de mentionner. 

? On peut donc, justement, parler d’un phénomène de boule de neige inversé ? En ce sens que, moins de personnes fumeront et moins de jeunes commenceront à fumer ?

Dr Jean-Claude MATTER : Oui. Je pense que ça peut être une bonne motivation pour arrêter. Une manière de se dire « je ne veux pas me lancer là-dedans » et faire de l’information chez les jeunes afin qu’ils comprennent que c’est la première cigarette qui est fatale. 

? je trouve très encourageant que vous disiez que la récurrence de tentative de sevrage tabagique augmente le succès !

Dr Jean-Claude MATTER : Absolument, on le constate régulièrement. Ce n’est pas parce que l’on n’a pas réussi du premier coup qu’il faut abandonner. Ce n’est pas non plus parce qu’une méthode n’a pas marché qu’il ne faut pas en essayer une autre. J’aime le Plan de 5 jours parce qu’il est une méthode globale qui considère tous les aspects de la personne. Il prend en compte les différents domaines aussi bien, diététiques que psychologiques, physiologiques et relationnels. Dès le départ, elle a été une méthode de groupe ce qui fait qu’elle englobe tous les aspects de la personne.

? Quand on fait un Plan de 5 jours, on ne cesse pas de fumer tout seul chez soi ?

Dr Jean-Claude MATTER : avec le Covid, on va innover un peu en le faisant par réunion Zoom avec un groupe de personnes désireuses de s’arrêter. Avant de commencer, ces personnes auront à s’inscrire et à répondre à un questionnaire dans lequel elles définiront leurs motivations. Puis, la réunion zoom se fera avec trois animateurs : une diététicienne, une psychologue et sans doute d’autres intervenants qui viendront s’ajouter à ce que je viens de citer, en fonction des sujets qui sont abordés au fil des soirées. 

? Les personnes auront donc l’impression de ne pas être seules, une manière de leur faire profiter, malgré tout, de l’émulation du groupe ?

Dr Jean-Claude MATTER : Oui, parce qu’il y a un élément important dans ce programme qui est la dynamique de groupe, il y a une émulation importante. Il est vrai que quand on peut faire ça dans une rencontre physique, en présentiel, cette dynamique est plus importante, mais, en vidéo, je pense qu’on arrivera à la créer. 

? D’une part, en combien de temps peut-on arrêter de fumer ? Et puis, comment s’organise un Plan de 5 jours, comme vous l’appelez ?

J'arrête de fumer - Soutien à la campagne "mois sans tabac"

Dr Jean-Claude MATTER : Pendant 5 soirs, il y aura des réunions d’une durée de 1h30 a 2h. Donc après le travail, les gens pourront y participer. Lors de ces soirées, différents thèmes sont abordés avec un côté psychologique qui sera animé par une psychologue, un aspect physiologique et médical que je prendrai en charge, ainsi que des spécialistes invités, comme nous l’avons dit, selon le thème de la soirée. À cette équipe se joint une diététicienne puisque c’est un des points importants afin d’accompagner les personnes qui ont la préoccupation de ne pas prendre de poids, par exemple. 

La méthode est basée sur une cure de désintoxication qui dépasse celle du tabac. Nous visons une désintoxication globale par rapport à notre hygiène de vie.

? Vous faites cela parce que votre regard sur le phénomène addictif ne s’attache pas uniquement au tabac. Vous avez compris que le phénomène addictif a des répercussions dans d’autres domaines de la vie de la personne ?

Dr Jean-Claude MATTER : En effet puisque, physiologiquement, on peut expliquer cela par le circuit du plaisir que les personnes ont besoin d’activer en elle. Elles ont besoin de se sentir à l’aise, de sentir bien. Cela touche donc à d’autres domaines que celui du tabac. 

? Il y a donc une approche collective pour ceux qui viennent cesser de fumer, mais il y a également une approche collective pour les intervenants ?

Dr Jean-Claude MATTER : C’est juste, nous travaillons en collaboration et en complémentarité.

? Dans le journal le Figaro, le Dr Berlin qui exerce comme pharmacologue-addictologue à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (AP-HP) à Paris, s’arrête sur les méthodes de sevrages actuels par substituts. Il mentionne les effets secondaires suivants : 

  • Patch : Les effets indésirables les plus fréquents sont des rougeurs et des démangeaisons à l’endroit où le patch est collé. 
  • Gommes à mâcher : Des problèmes de sommeil peuvent survenir, surtout si les gommes sont prises le soir en plus d’irritations buccales
  • Inhalateur : Une toux et des irritations de la bouche et de la gorge apparaissent chez environ 40% des patients au début du traitement
  • La varénicline : des nausées , insomnies, maux de tête, chez 10% des utilisateurs
  • Le bupropion : 25 à 30% d’insomnies
  • Cigarette électronique : facteur de double consommation, puisque les fumeurs se mettent à moins fumer, mais continuent à le faire. Il note aussi que nous n’avons aucun recul pour connaître les vrais effets secondaires du vapotage. 

Quels effets secondaires au plan de 5 jours ? 

Dr Jean-Claude MATTER : Non, il n’y a pas de médicaments, ni de substituts, ni de produits annexes.  C’est donc une méthode entièrement naturelle et physiologique. Le seul effet secondaire que l’on a, c’est celui du sevrage qui est inévitable. D’ailleurs, nous donnons beaucoup de conseils pour minimiser les effets secondaires du sevrage de manière à ce que ces derniers durent le moins longtemps possible et qu’ils soient le plus faibles possible.

? Vous proposez donc un sevrage tabagique sans supplémentation médicamenteuse, sans solutions chimiques, sans substituts et ça marche vraiment ? 

Dr Jean-Claude MATTER : Ça marche bien et j’étais toujours étonné quand j’anime les groupes de voir qu’au bout de trois jours, les trois quarts des personnes ont cessé de fumer. Ce qui était valable aussi pour de gros consommateurs qui arrivaient, comme cela, au bout de trois jours, à abandonner la cigarette. Je reste toujours agréablement surpris. J’ajoute le plaisir de voir comment les gens y arrivent en ne pensant pas que c’était possible. À la fin, certains disent même que c’était plus facile qu’ils ne le pensaient. C’est vrai aussi que l’on essaye au maximum de leur simplifier la vie avec tous les conseils et la méthode qu’on leur propose.

? Je suis moi-même également très étonné d’entendre qu’en trois jours, même un gros consommateur soit en mesure d’arrêter de fumer aussi facilement. C’est quand même génial ! Ils doivent s’impressionner eux-mêmes de voir la capacité qu’ils ont eue à s’arrêter de fumer ?

Dr Jean-Claude MATTER : Absolument, les gens sont eux-mêmes surpris de découvrir leur potentiel. On joue également là-dessus, en mettant en valeur leurs possibilités de faire différemment de ce qu’ils ont fait jusqu’à présent.

? C’est aussi la raison pour laquelle il y a une psychologue, j’imagine.

Dr Jean-Claude MATTER : La psychologue, effectivement, a toute sa place

? Quand vous me dites que les trois quarts du groupe arrêter de fumer, on est sur des groupes de quelle dimension ?

Dr Jean-Claude MATTER : Au début des plans de 5 jours, il y avait, cent à cent cinquante-six personnes, voire plus. Effectivement, ce sont les chiffres que l’on constatait. Les personnes s’arrêtaient au bout de trois jours dans une large proportion. Actuellement, les groupes sont moins importants. On préfère même avoir des groupes plus petits parce que l’on peut davantage personnaliser les conseils et la méthode. Je pense que les résultats sont similaires. 

? C’est vraiment impressionnant. La question est de savoir combien de temps ces personnes restent sevrées du tabac ? 

Dr Jean-Claude MATTER : Des études ont été faites démontrant qu’au bout d’une année, 50 % des personnes ayant cessé de fumer étaient demeurées abstinentes. Maintenant, nous n’avons pas de recul pour les réunions en distanciel par internet. 

? Évidemment, le contexte est complètement nouveau. On est, malgré tout, sur 50 % de personnes sevrées. 

Dr Jean-Claude MATTER : Des thèses de médecine ont été faites sur ce sujet. C’est grâce à elle que l’on sait que les résultats sont tout à fait comparables aux méthodes médicales, si l’on peut dire. 

? Sans les effets secondaires et indésirables ! Est-ce à dire que, pendant ces 5 jours, vous donnez des outils pour limiter les risques de rechutes ? 

Dr Jean-Claude MATTER : On fait un peut Club Med, en leur présentant différentes techniques et façons de faire de telle sorte que, face à ce panel, ils choisissent ce qui leur convient le mieux dans leur cas précis. Chaque fumeur est différent. Il n’y a donc pas une méthode universelle qui conviendra à tout le monde. On respecte donc la sensibilité de chacun selon ses  préférences. Pour certains, ils préféreront un soutien diététique, d’autres opteront pour de la relaxation et de la respiration. 

Comme on applique une méthode psychocomportementale, chacun pourra « faire son marché » et trouvera ce qui lui convient ou ce dont il a besoin.

? Est-ce qu’une des clés du succès ne réside pas dans le mélange réalisé dans une approche de groupe qui s’ouvre à une approche sur mesure qui vient s’adapter au profil de la personne ? 

Dr Jean-Claude MATTER : Absolument. Et puis, comme le groupe sera restreint, les conseils des personnes avisées seront vraiment sur-mesure. Nous donnerons la possibilité de poser des questions, même en dehors du temps de rencontre Zoom. Nous resterons à disposition des curistes, si l’on peut les appeler comme cela. 

? Vous appelez les personnes qui cessent de fumer des curistes ? Comme dans une cure thermale ? Quand aura lieu le prochain plan de 5 jours ? 

Dr Jean-Claude MATTER : Il est organisé par la Ligue Vie et Santé de Besançon. Il se tiendra dès la fin du mois de novembre. Ce sera le lundi 23, mardi 24, jeudi 26, mardi 30 et mercredi 2 décembre. Donc cinq soirées de 20h à 21h30. 

? Moi, qui habite Marseille, je peux profiter de l’outil Zoom pour m’inscrire ? 

Dr Jean-Claude MATTER : Nous privilégions les habitants de la région, mais c’est ouvert sur le plan national par le Net. 

? Je mettrai les liens pour l’inscription au bas de la retranscription de ce rendez-vous, sur le blog Heureux au Présent. Est-ce que les places sont limitées ? 

Dr Jean-Claude MATTER : Nous limiterons le groupe à 25-30 personnes. 

? À quelles dates les inscriptions seront-elles ouvertes ? 

Dr Jean-Claude MATTER : En fin de semaine, le site sera ouvert. 

? Merci, Dr Jean-Claude MATTER, et en même temps bravo parce que, qu’un médecin accepte de travailler dans une approche non médicamenteuse est génial. En même temps, j’entends des résultats probants : plus de 50 % de personnes sevrées à un an peut constituer un sujet de fierté pour ceux qui ont rencontré un succès grâce aux Plans de 5 jours tout en ayant déboursé combien ? 

Dr Jean-Claude MATTER : Les gens participent sous forme d’une libre participation aux frais. Si l’on compte le coût réel, il est conséquent. Il faudrait compter l’équivalent d’un paquet de tabac par jour. Nous le faisons dans le cadre d’une association qui a choisi le bénévolement. Je le fais avec plaisir depuis très longtemps, ce qui remplace tout le reste 😉 

? Les dons seront uniquement consacrés à l’organisation de nouveaux événements pour permettre à d’autres de se sevrer. 

Dr Jean-Claude MATTER : Avec tout cela, il y a un livre d’accompagnement qui est fourni. 

J’ajoute juste que le plan de 5 jours n’est pas incompatible avec d’autres méthodes naturelles comme l’acupuncture, si des personnes souhaitent faire cela en complément de ce qu’ils sont déjà entrain de faire. 

? On peut donc croiser ces différentes approches pour optimiser le résultat ? 

Dr Jean-Claude MATTER : Oui, comme je dis, c’est Club Med, « Le bonheur si je veux ». 

? En tous cas, merci Dr Jean-Claude MATTER, ça nous a donné envie de rêver et je me réjouis pour les personnes qui vont réussir à se sevrer. 

Dr Jean-Claude MATTER : Eh bien, moi aussi. Je me fais un plaisir de les rencontrer et de cheminer avec eux. 

?  Merci encore et bonne journée

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une bonne semaine

Bye, bye

Image par Christo Anestev de Pixabay


POUR VOUS INSCRIRE au Plan de 5 jours :

La Ligue Vie et Santé, association loi 1901, vous présente le Plan de 5 jours à distance ! Une méthode gratuite et sans médicament qui a fait ses preuves depuis plus de 50 ans en aidant plusieurs dizaines de milliers de participants en France à cesser de fumer… 

En cinq soirées et un suivi post-plan, une équipe de professionnels (médecin, psychologue, diététicienne…) vous aide à vous libérer de votre dépendance au tabac, en s’appuyant sur des ressources et des techniques entièrement naturelles. Une véritable invitation au mieux-être ! 

C’est l’assurance d’une information complète, du soutien d’un groupe avec la possibilité d’un contact direct avec un animateur pour répondre à vos interrogations.  

Inscription obligatoire avant le 20 novembre (une fiche d’inscription vous sera transmise) 

Par mail (recopier l’adrese en ajoutant le symbole mentionné entre crochets) :

  • lvs.besancon[arobase]hotmail.com

Par téléphoneaux heures de bureau, n’hésitez pas à laisser un message avec vos coordonnées afin d’être rappelé(e) 

  • 0780947148 

Via notre page Facebook (cliquez sur le lien) :

 Ligue Vie et Santé – de Besançon

J'arrête de fumer avec le Plan de 5 jours

Plus d’informations sur cette association : https://ligue-vieetsante.hubside.fr/ 


Questions & Commentaires
  1. Marie   On   7 novembre 2020 at 15 h 18 min

    Wouawww, c’est super pour les fumeurs que des personnes comme le Dr Matter et son équipe doit si disponible, et propose un tel programme. Si je fumais, cet interview m’aurait motivée à arrêter. J’aime vraiment cette idée d’aider une personne à sortir d’une dépendance sans traitement médicamenteux. Et quasiment gratuitement, de nos jours c’est presque un miracle. Merci pour cet article, et merci au Dr Matter.

    • AdminPasc   On   8 novembre 2020 at 12 h 31 min

      Bonjour Marie,
      Merci pour ton commentaire. Je suis ravi que tu trouves très positif. Sache que tu peux partager cet article avec des personnes qui sont consernées par la dépendance tabagique. Les inscriptions sont ouvertes depuis ce week-end.
      Au plaisir

Laisser une question / un commentaire

Votre adresse email ne sera ni vendue, ni cedée. Required fields are marked *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


[There are no radio stations in the database]

Ecrit pour vous !  "Vos problèmes sont-ils des obstacles à votre bonheur ?"