230# Le bonheur des gens ordinaires – avec Gwendoline

Aujourd’hui, dans « le bonheur des gens ordinaires » je reçois Gwendoline. Elle vit à Marseille depuis plusieurs années et fait preuve d’un bonheur de vivre interpellant. Elle vit un bonheur ordinaire qui me touche particulièrement. 

Heureuse dans la douleur

Gwendoline est affectée par plusieurs problèmes de santé chronique pour lesquels la médecine ne trouve aucune solution. « Depuis 15 ans, je n’ai vécu aucune journée sans douleur », dit-elle. Cela n’empêche pas à Gwendoline de construire et de nourrir des croyances telles que « je suis heureuse, même si je traverse plein de choses très compliquées au niveau de la santé comme dans d’autres domaines de ma vie, mais ça ne m’empêche pas d’être heureuse ».

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   46# Accepter l’amour des autres pour vous (la suite)

En écoutant l’entièreté de notre échange dans le podcast, vous verrez que j’interroge Gwendoline sur sa capacité à être heureuse. Bien entendu, compte tenu de sa situation, elle me répond qu’elle ne peut pas se sentir en bonne santé, toutefois, cela ne l’empêche pas de se sentir bien dans sa tête et dans son cœur. Alors, poursuit elle, « je me sens heureuse ».

Le bonheur vient de l’intérieur

Pour Gwendoline, il est possible d’être heureux, même quand une situation de vie compliquée demeure. Il semble qu’il lui paraisse évident que le bonheur se vit de l’intérieur, en fondant moins sa source dans les événements traversés. Notez, au passage, qu’il s’agit-là d’une des clés du bonheur. Comprendre que le bonheur vient de l’intérieur sans dépendre des événements, des autres et des circonstances. Gwendoline incarne cette réalité au point de dire qu’il est aussi possible d’être heureux même quand la joie n’est pas tout le temps au rendez-vous. En même temps,  pour être totalement heureux, on a quand même besoin de joies.

Malgré les nombreuses années de traversée d’expériences douloureuses avec des recherches de solutions pour soulager son mal, ou plus exactement, ses maux, Gwendoline continue à créer sa vie en construisant son bonheur, comme en le partageant autour d’elle.

Dépasser les apparences

Il est assez interpellant de rencontrer une femme souriante, agréable, joviale, qui côtoie en même temps la douleur et la limitation considérable relative à sa situation. On se demande si elle est vraiment malade, quand on la croise. Nul ne pourrait soupçonner la douleur chronique permanente qui ne lui laisse aucun répit.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   113# En quoi est-ce mal de chercher à plaire ?

Puiser dans l’expérience de Gwendoline est un encouragement auquel je vous invite. Dans l’écoute  de cet entretien, prenez note de ce que vous pourriez intégrer dans votre propre existence. Vous pourrez continuer à créer votre bonheur sans le fonder sur les événements, sur l’environnement ou sur les autres.

Avant de vous laisser, je tiens à partager avec vous une dernière parole laissée par Gwendoline dans le cadre de cette entretien. Elle dit « il y aura sûrement une solution et s’il n’y en a pas, j’aurai la capacité de traverser ce qui m’arrive ». Je vous assure que l’écoute de ce podcast sera un tremplin d’enrichissement.

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une bonne semaine,

Bye-bye

24 commentaires

  1. C’est le genre de message qui fait vraiment du bien ! A écouter et réécouter pour développer la gratitude au quotidien 🙂

    1. Exactement, je te rejoins.
      Bonne réécoute

    2. Je vous souhaite de vivre chaque jour dans la gratitude et d’en ressentir les bienfaits.
      Merci de votre retour.

  2. Merci pour ce bel article ! J’aime beaucoup ce concept de partir à la rencontre de personnes qu’on ne connaît pas et avec qui, pourtant, on partage plein de chose !

    1. Valérie, je te remercie pour ton retour qu’il valide le principe, même du « bonheur des gens ordinaires ». Merci !

    2. Que ce lien privilégié qu’on partage les uns avec les autres même sans se connaître puisse nous nourir et nous porter dans notre cheminement.
      Merci de votre retour.

  3. Bravo à elle, ça ne doit pas être évident tous les jours !
    Merci pour ce podcast qui donne envie de regarder le monde avec plus de gratitude.

    1. En effet, Flore, je te rejoins sur cette volonté de lui dire bravo et de lui donner des encouragements, sachant qu’effectivement, elle a appris à regarder le monde avec gratitude. Je te souhaite la même chose. 🙂

      1. Merci pour vos encouragements.
        Je vous souhaite d’expérimenter dans votre vie la gratitude et les bienfaits qu’elle procure.

  4. C’est une vraie leçon de positivisme
    Bravo à Gwendoline ! Elle est pleine de sagesse. J’aime sa perception des choses et tout simplement de la vie.

    1. Bonjour, je te remercie pour ton commentaire qui, j’en suis certain, ira droit au cœur de Gwendoline.

      1. Merci de votre retour.
        Contente de constater que le positif de mon expérience est arrivé jusqu’à vous.
        Même à travers nos difficultés on peut transmettre quelque chose.🙂

    2. Très intéressant comme thème ! Le bonheur est une perseption du coup ☺️
      La douleur physique est effectivement une expérience douloureuse qui est aussi très difficile à transformer mais pas impossible.

      Profiter de l’instant présent lorsque la douleur se calme, c’est un moment à saisir 🙏
      Bravo Gwendoline pour ce partage de ta résilience incroyable !

      1. Merci pour votre retour.
        En effet, même au milieu des douleurs, on peut profiter de l’instant présent, apprendre à se réjouir et à se concentrer sur du beau qui nous fait du bien.

      2. Merci Delphine pour ton commentaire.
        Il apparaît clairement. Que Gwendoline a compris l’importance de saisir le présent pour s’en faire cadeau.

  5. Wahou! Tellement inspirant! Quand je pense que certaines personnes se morfondent parce qu’une douleur s’est invitée 5 minutes dans leur journée…Ce podcast est à écouter sans modération! Et Bravo Gwendoline pour cette joie de vivre!

    1. Je partage tout à fait ta remarque sans pour autant minimiser la souffrance de certaines personnes.
      Sans vouloir aborder le sujet, nous ne sommes pas égaux face à la douleur et la souffrance.
      Ce qui m’importe le plus est que l’on choisisse (pour soi-même) d’apprendre à vivre AVEC toute situation pénible et douloureuse sans arriver à l’équation : douleur = pas heureux ou encore difficulté = pas de bonheur.
      Ces deux réalités peuvent cohabiter sans s’annuler l’une l’autre. Le comprendre est hyper libérateur.

    2. Merci pour votre retour.
      J’invite chaque personne, peu importe ce qu’elle traverse, à se saisir de la joie de l’instant présent.
      Comme l’a si bien dit Pascal, on ne peut pas comparer les douleurs mais chacun est libre de choisir sa réaction face aux difficultés.

  6. Je n’ai pas du tout le même ressenti quand j’écoute le témoignage de Gwendoline. Je balance entre admiration pour sa résilience et indignation pour cette même résilience. J’ai un point de vue tellement différent que d’autres sur les souffrances qu’elle vit, l’impuissance de la médecine à la soulager. Elle a l’air d’avoir tellement de problèmes dans sa vie et j’aurai tellement de solutions à lui proposer pour aller vraiment mieux, cela me laisse dubitative.

    1. Véronique,
      Je te rejoins sur l’impuissance inavouée de la médecine qui ne sait pas faire et se contente de chercher à masquer des symptômes faute de savoir accompagner vers la guérison. L’indignation me paraît alors pertinente.
      La témérité de Gwendoline fait malgré tout face à des pronostiques décourageants. Et si tu veux proposer tes services, je suis disposé à lui en faire part. Fais le mois savoir.

      1. Bonsoir, bien sûr je veux bien proposer mes services à Gwendoline, j’ai beaucoup pensé à son témoignage et j’en ai parlé à ma fille Sandra avec laquelle je blogue. Nous sommes d’accord toutes les 2, c’est très dur ce que vit Gwendoline et elle dépense toute son énergie pour prendre soin des autres alors que son corps appelle au secours …

    2. Je peux comprendre votre façon de voir les choses.
      Merci d’avoir partager votre ressenti.
      J’ai tenté plein de choses différentes pour retrouver une santé plus apaisée et une meilleure vitalité…
      Je continue avec courage à avancer et espère trouver ce qui ameliorera mon quotidien.
      Comme vous l’a proposé Pascal, faites lui savoir si vous le souhaitez les solutions que vous envisagez en ce qui me concerne. Qui sait…

  7. Pardon Gwendoline, j’ai répondu à Pascal directement, je n’avais pas vu ton commentaire. Ce que je peux te proposer, c’est de regarder avec toi l’origine de tes souffrances.
    Je partage mon mail privé avec Pascal pour qu’il te le transmette. Envoie moi un mail tout simple pour que je puisse te transmettre mon numéro. A bientôt

  8. Quel beau témoignage ! Quelle force de caractère ! Je l’ai écouté en marchant dans la nature, quel claque ! Je vais partager ce podcast à mes bénéficiaires pour leur offrir ce beau témoignage !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.